- Saint-Jean de Capistran
  • Votre horoscope :
  • Horoscope belier
  • Horoscope taureau
  • Horoscope gemeaux
  • Horoscope cancer
  • Horoscope vierge
  • Horoscope balance
  • Horoscope scorpion
  • Horoscope lion
  • Horoscope capricorne
  • Horoscope verseau
  • Horoscope poissons
  • Horoscope sagittaire
Maison

Le papier peint dans l'histoire

Tour à tour boudé ou porté aux nues, le papier peint connut plusieurs déboires depuis sa création jusqu'à aujourd'hui.

Au tout début de son existence, c'est-à-dire au 16e siècle, on l'utilisait pour garnir l'intérieur des coffres et de certaines pièces du mobilier.

L'idée de l'appliquer à grande échelle, notamment comme élément de décoration murale, s'imposa peu à peu chez les bourgeois au cours des siècles qui suivirent.

Début du papier peint

Les premières utilisations que l'on donna au papier peint concernaient l'habillage de pièces secondaires. Les châssis de cheminée, les entresols, les garde-robes, les cabinets d'aisance, les salles de bain, les couloirs, etc.

Les pièces principales ou les pièces d'apparat présentaient des décors fastueux, dans lesquels boiseries, fresques peintes, cuirs, soieries, tentures, lambris, marbre et autres matériaux luxueux s'étalaient avec grâce.

Ces décors empreints de richesse et d'un goût prononcé pour la beauté de l'art se transmettaient de génération en génération. L'avènement d'un papier peint, applicable sur les murs, au détriment des éléments de décoration usuels, ne fut pas un pari gagné d'avance.

Confection de ses papiers muraux

Depuis les cartiers-dominotiers, qui fabriquaient des feuilles de papier sur lesquelles l'on imprimait des motifs noirs au pochoir ou au pinceau, jusqu'aux importations de papiers chinois peints à la main, le papier peint suscita un engouement certain, grâce à la France, entre autres, qui en développa la manufacture.

Dès 1688, un homme du nom de Jean Papillon ouvrit une première fabrique de papier peint. Le concept même d'un papier peint à la main, ou au pochoir, se trouva alors invalidé par cette nouvelle méthode de production.

Malgré cette avancée mécanique, la France, pendant toute la première moitié du 18e siècle, continua toutefois à faire appel à des artistes pour la confection de ses papiers muraux. On garnissait alors les murs non plâtrés de planches à feuillures assez minces, que l'on tendait ensuite de toile à fromage avant de les recouvrir du papier peint.

Papier peint

L'art du papier peint

C'est Jean-Baptiste Réveillon, à partir de 1753, qui amena l'art du papier peint à un niveau plus élevé. Non seulement il en révolutionna la fabrication mais en plus, il en démocratisa l'usage.

Il y eut désormais trois types de papier pour trois types de clientèle : les papiers luxueux pour lesquels on mettait à contribution autour de quatre-vingt planches de production et que seuls les riches pouvaient s'offrir ; les papiers communs qui ne nécessitaient que huit planches et que l'on vendaient chez les bourgeois ; et enfin un papier ordinaire, sur lequel une seule couleur était imprimée et que l'on destinait à la populace.

Rouleaux et impressions

Les Anglais, de leur côté, avaient mis au jour une technique de fabrication en rouleaux et d'impressions en détrempe pour leur wallpaper.

Évidemment, les Français se firent un devoir de la maîtriser presque aussitôt car, la passion du papier peint, loin de décliner, connaissait à ce moment une effervescence sans précédent.

La Révolution Française et ses nouveaux riches donnèrent dans la tendance du papier peint avec un enthousiasme incroyable. Si bien qu'une méga fabrique vit le jour à Rixheim, en Haute Alsace, et permit à la France de rester l'un des plus grands producteurs de papier peint d'Europe jusqu'à la fin du 19e siècle.

Culture générale

Voici les articles les plus populaires
Site du jour Copyright Site du jour © Toute reproduction même partielle est strictement interdite - Conditions d'utilisation Nos Partenaires : Code Couleur | Feng Shui | Art