- Sainte-Edwige
  • Votre horoscope :
  • Horoscope belier
  • Horoscope taureau
  • Horoscope gemeaux
  • Horoscope cancer
  • Horoscope vierge
  • Horoscope balance
  • Horoscope scorpion
  • Horoscope lion
  • Horoscope capricorne
  • Horoscope verseau
  • Horoscope poissons
  • Horoscope sagittaire
Histoire

Quand les guerres se prolongent...

Les plus anciennes traces de conflits guerriers remontent à plus de 2400 av. J.-C. Ils impliquaient alors les cités États de Lagash et Oumma, en Mésopotamie.

Trois siècles durant, les hostilités se prolongèrent afin de déterminer de façon permanente le statut frontalier de chacune des deux principautés. Or cette querelle de frontière ne cessera plus de se répéter au cours de l'Histoire avec autant de variantes que la cupidité humaine en imaginera.

On fera désormais la guerre pour de nombreux motifs, toujours valables selon les belligérants, dans l'espoir de conquérir de nouveaux territoires (la guerre de Cent Ans) ou de repousser les limites d'un ancien (les guerres puniques), dans le but d'accroître son pouvoir (la guerre du Péloponnèse), pour accéder à un trône ou un héritage (la guerre des Deux-Roses), pour racheter un honneur bafoué (la guerre de Troie), pour imposer sa religion (les campagnes de Mahomet) ou pour épurer la race (la guerre au Rwanda)…

Les motifs de la guerre

Si la conquête et le pouvoir restent les motifs principaux incitant à la guerre, l'épuration ethnique et les conflits religieux en sont un carburant inépuisable.

Il n'est pas rare qu'entre membres d'une même famille, habitants d'une même cité, individus d'un même pays, les affrontements éclatent, motivés par une haine raciale ou quelques divergences religieuses.

Les guerres de religion, en France, en sont un exemple troublant, guerres pendant lesquelles parricides, matricides, fratricides, etc., ont divisé et décimé des familles entières de 1562 à 1598.

Et pourtant, en ce 16e siècle de découvertes et de conquêtes, les civilisations devaient déjà avoir dépassé les simples querelles de clans…

Les gains de la guerre

On peut penser que les guerres, conséquemment, ne sont pas le fait d'un manque d'évolution de la nature humaine. Elles présentent certains avantages qui les font se perpétrer, d'un siècle à un autre, malgré le développement intellectuel et moral de l'être humain.

Dans l'Antiquité, les guerres profitaient aux dirigeants, et à l'armée des diverses contrées engagées, par le pillage et la conquête de territoires.

Ainsi la guerre du Péloponnèse, opposant les Athéniens aux Spartiates pendant 27 ans (de 431 av. J.-C. à 405 av. J.-C.) a permis, parfois aux uns, parfois aux autres, des gains territoriaux, des avancées culturelles, une économie en progression, etc. Sparte, victorieuse au terme du conflit, a conservé son prestige une vingtaine d'années.

C'est ensuite Athènes qui a fait la gloire du peuple grec à titre de capitale de la civilisation.

On peut donc croire que Spartiates et Athéniens ont estimé que leurs gains valaient bien les aléas de cette guerre…

Guerres interminables

Dissidences religieuses et ethniques

À travers de nombreuses luttes ayant pour motif la conquête sont également nées les épurations religieuses.

Mahomet a converti à l'Islam de nombreux fidèles par la voie des armes, les Espagnols ont converti les autochtones d'Amérique par le feu et le sang…

Mais nous savons pertinemment que les armées du Prophète et les soldats espagnols avaient pour objectif premier d'acquérir de Nouveaux Mondes au nom de leur souverain respectif.

Or ces grandes victoires, incontestables trophées d'habiles tacticiens, installèrent bientôt des climats de querelles permanents par le biais de dissidences religieuses et ethniques sur les terres conquises.

Et ce, pour des centaines d'années à venir.

Les guerres aujourd'hui

Aujourd'hui, ce sont surtout ces conflits ethniques et religieux qui retiennent l'attention et suscitent l'indignation. Par leur violence, par les injustices qu'ils font vivre aux civils, par la misère et la cruauté dans lesquelles ils maintiennent de nombreuses victimes...

Parce que l'on comprend mal comment des pays, qui se trouvent déjà dans des situations défavorables au niveau du développement socio-économique, se lancent dans des luttes intestines qui n'aboutissent jamais.

On ne soupçonne même pas le nombre de ces guerres actuellement en cours.

En voici quelques exemples :

Le conflit irlandais

Vieux de près de 900 ans, le conflit irlandais remonte aux invasions anglo-normandes du 12e siècle alors que l'Irlande est cédée au roi Henri II d'Angleterre (1133-1189).

Le pays majoritairement papiste doit désormais supporter l'anglicanisme après la venue du roi protestant, Henri VIII (1491-1547) au 16e siècle.

Des conflits religieux s'amorcent alors pour des siècles à venir.

En 1922, on crée l'État libre d'Irlande, mais des affrontements entre protestants et catholiques continuent de ponctuer la vie des Irlandais.

C'est toutefois le dimanche 30 janvier 1972 qui restera gravé dans les mémoires. En ce "Bloody Sunday", l'armée britannique ouvre le feu sur une manifestation catholique. C'est le début d'une série d'actes terroristes perpétrés par l'IRA et par les para-militaires loyalistes qui feront des milliers de victimes civiles.

Le 10 avril 1998, les accords du Vendredi Saint sont signés et depuis, une paix fragile est observée par les unionistes (protestants) et les républicains (catholiques).

Malgré la trêve, on recense encore près d'une centaine de morts liés à ce conflit après 1998.

Culture générale

Voici les articles les plus populaires
Site du jour Copyright Site du jour © Toute reproduction même partielle est strictement interdite - Conditions d'utilisation Nos Partenaires : Conjugaison | Dictionnaire | Calculatrice