Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Empress of Ireland

Les paquebots disparus
Empress of Ireland (angl)
L'impératrice d'Irlande

Enquête sur les naufrages
Musée Pointe-au-Père
Sombré dans l'oubli
Empress of Ireland (Wiki)
Récit d'un rescapé
A l'abri des pilleurs

Les portraits du Fayoum
Histoire du disque
Canal de Panamá
Pause café !
La rose, reine des fleurs
Les ondes sont partout !
Le Land-Art
Les fourmis


Empress of Ireland

Construit à Glasgow, en Écosse, pour le compte de la Canadian Pacific Railway Company, ce paquebot effectuait la liaison entre la ville de Liverpool, en Angleterre, et la ville de Québec, au Canada. Il fut lancé le 26 Janvier 1906. Capable de transporter 1550 passagers, avec en plus 420 membres d'équipage, l'Empress of Ireland avait une excellente réputation dans la traversée de l'Atlantique et a établi de nouveaux records, de part sa vitesse (20 noeuds), mais aussi grâce à sa fiabilité et à son confort. Ses dimensions étaient incroyables : 172 mètres de longueur, 20 mètres de largeur, une masse de 14,191 tonnes. Il symbolisait, pour les immigrants Irlandais, la porte d'entrée du nouveau Monde.

Pourtant, une nuit, ce fut le désastre ! Vers 2h00 du matin, le 29 Mai 1914, il fut frappé par un charbonnier norvégien, le Storstad, conséquence d'erreurs de navigation et d'un épais brouillard. Sur les 1 477 personnes à bord, 1012 périrent dans cette tragédie, plus que sur le Lusitania (791 victimes) ou sur le Titanic (832 victimes).

Un des témoins du naufrage, Louis-Aldéï Gosselin, raconta alors : " Je ne saurais vous décrire l'horreur de la situation et les scènes terrifiantes auxquelles nous avons assisté. Ces choses ne se racontent pas ; il faut en avoir été témoin ; de même il est impossible de définir les émotions d'un homme séparer (sic) des siens, de ses parents, de sa famille, de ses amis, en face d'un péril aussi grand, voyant tout s'engloutir sous lui, ne pouvant espérer de secours de personne dans la nuit, dans le noir, au milieu des cris, des plaintes lugubres, des appels désespérés d'un millier d'êtres humains, réalisant en quelques minutes l'horrible situation, et descendant dans la mort."

L'Empress sombrait en 14 minutes, à 4 kilomètres au large des côtes dans le Saint-Laurent, à la hauteur de Sainte-Luce, un peu à l'est de Rimouski. Il gît à une profondeur approximative de 45 mètres. Ce naufrage représente la deuxième plus grande catastrophe maritime de l'histoire après celle du Titanic, deux ans auparavant.

Aujourd'hui, l'épave de l'Empress of Ireland est une ressource culturelle protégée. En effet, depuis 1964, des plongeurs amateurs en ont retiré une grande quantité d'objets. Beaucoup de pièces ont été conservées par des particuliers. L'engouement des plongeurs d'ici et d'ailleurs pour cette épave et la menace d'une exploitation commerciale auraient pu entraîner sa destruction. Mais plusieurs organismes ont réclamé, aux gouvernements, une législation afin de préserver l'exceptionnel témoin du passé que représente l'Empress of Ireland.

Le 15 avril 1999, la ministre de la Culture et des Communications émet un avis de classement de l'épave de l'Empress of Ireland, reconnaissant ainsi sa valeur symbolique et mettant un terme à une exploitation incontrôlée des ressources culturelles associées à l'épave. Ainsi, le site historique maritime de la Pointe-au-Père (Musée de la mer de Pointe-au-Père) offre plusieurs activités d'animation et d'interprétation du naufrage de l'Empress on Ireland. Depuis juin 2003, une nouvelle exposition permanente permet aux visiteurs de mieux saisir l'importance de cet événement historique qui a vu périr l'un des plus grands souverains des mers…

Site du jour > Dossiers exclusifs > Empress of Ireland
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Québec | Canada | Montréal | Maudits français