- Saint-Ren
  • Votre horoscope :
  • Horoscope belier
  • Horoscope taureau
  • Horoscope gemeaux
  • Horoscope cancer
  • Horoscope vierge
  • Horoscope balance
  • Horoscope scorpion
  • Horoscope lion
  • Horoscope capricorne
  • Horoscope verseau
  • Horoscope poissons
  • Horoscope sagittaire
Société

Histoire des impôts

Neuf cents ans avant la venue du Christ, le premier empire chinois instituait déjà un système d'impôts.

Très structuré, il comportait cinq paliers de taxation : un impôt foncier payable en nature et basé sur la superficie de la terre ; une capitation pour les individus âgée entre 14 et 55 ans payable en monnaie à un taux unique ; une double taxe de capitation pour les commerçants et marchands d'esclaves ; des taxes aux commerçants pour les boutiques, les inventaires, etc. ; des taxes sur les chars et les bateaux.

Les avantages

Toutes les grandes civilisations qui suivirent comprirent les avantages d'un tel système, la fiscalité encourageant doucement l'affranchissement de l'esclavage, et l'autonomie de travailleurs, au profit de sommes versées en contrepartie à l'État afin d'entretenir aussi bien sa puissance guerrière que son épanouissement social et urbain. L'idée de cette fiscalité en remplacement du concept de pillage contribuait ainsi au civisme des sociétés en pleine évolution.

Merismos

En Grèce, les impôts reçurent le nom de Merismos depuis le 4e siècle av. J.-C. Avant ce moment, ce sont des tyrans (Cyprélos de Corinthe, Pisistrate, par exemple) qui prélevaient des impôts, les liturgies, et des parts sur les revenus terriens, que l'on appelait aussi dîmes. L'on acquittait par ailleurs des taxes sur les transactions marchandes effectuées à l'entrée ou à la sortie des ports. Les riches étaient les plus touchés par ces contributions.

Système fiscal antique

L'empire égyptien, l'empire perse, l'empire byzantin, l'empire romain ainsi que la majorité des civilisations de l'Antiquité basèrent leur système fiscal sur trois données pratiquement invariables : l'impôt foncier (donc tout ce qui se rapportait à la propriété terrienne, à ses récoltes, à son cheptel, etc.), la capitation (prélevée pour chaque individu apte à fournir un travail) et enfin les taxes sur les échanges (applicables à tout échange commercial ou aux droits de douane). Grâce à ces impôts, on construisit des routes, des aqueducs, des thermes, des digues, etc. On finança aussi les médecins publics (en Égypte), les fêtes religieuses (Grèce, Rome), de même que l'on soldait les armées, histoire de réduire les désertions et d'assurer la sécurité de la nation. Le système fiscal avait désormais établi ses trois grands champs d'opération : propriétés, revenus et échanges commerciaux.

Les impôts

Le droit de ban

En France, au Moyen-âge, petits paysans et roturiers payaient en monnaie et en nature les seigneurs qui les protégeaient. Il s'agissait du droit de ban, exercé par la seigneurie banale qui abusait largement de son pouvoir en multipliant les taxes, les étendant à tous les domaines possibles.

Site du jour Copyright Site du jour © Toute reproduction même partielle est strictement interdite - Conditions d'utilisation Nos Partenaires : Abattement fiscal | Argent | Comparaison banque | Banque