Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > New York

New York (Routard)
New York (Hachette)
Architecture de New York
Histoire de New York
New York 1940-1950
L'ABCdaire de New-York

New York (Wikipedia)
Histoire de New York
Le Routard
Cités du monde
Statue de la Liberté
L'Internaute
New York découverte

Les portraits du Fayoum
Histoire du disque
Canal de Panamá
Pause café !
La rose, reine des fleurs
Les ondes sont partout !
Le Land-Art
Les fourmis


New York

New York est située sur la côte est des États-Unis d'Amérique, à l'embouchure de la rivière Hudson sur l'océan Atlantique. C'est d'ailleurs le navigateur Henri Hudson qui y jette l'ancre en 1609 et qui lui donne son nom. Les premiers habitants sont les Algonquins et le lieu s'appelle alors Mannahatta (l'île aux collines). En 1624, le colonisateur hollandais, Peter Minuit, achète aux Indiens Algonquins, l'île de Manhattan, pour l'équivalent de 24 dollars. Il y fonde ensuite la colonie de La Nouvelle-Amsterdam. Peter Stuyvesant est gouverneur de la ville, en 1647, il n'y a alors que 300 habitants ! Les Anglais s'emparent de ce territoire en 1664 et le rebaptisent New York en l'honneur du duc d'York ( futur roi Jacques II). Dès la fin du XVIIème, on compte presque 20 000 habitants, et en 1775, 60 000 âmes. C'est lors de la guerre d'Indépendance que Georges Washington, guerroyant contre les Anglais à New York, est déclaré président, en 1789.

Mais New York ne prend véritablement son essor qu'au XIXème siècle. La ville grandit de manière fulgurante, tout est prospérité. Son port garde le titre du plus grand au monde de 1820 à 1960. Puis la construction de Central Park commence enfin en 1857, après des années de débats sur la localisation. C'est la réponse des Américains aux Européens qui critiquent leur sens civique et leur mépris de la culture, au profit d'un matérialisme individuel et malsain. Le parc suit les plans de Frederick Law Olmsted et de Calvert Vaux. On acquiert 840 acres de terrain situés en plein coeur de Manhattan, endroit inapte pour la construction de bâtiments commerciaux. Mais le site offre pour le parc des vues rocheuses et des marécages qui pouvent être convertis en lac. Ces éléments sont alors améliorés, diminués ou agrandis pour créer Central Park dans la lignée des grands parcs européens.

On construit ensuite le pont de Brooklyn de 1869 à 1883. C'est le plus ancien pont de l'East River et le premier suspendu par des câbles d'acier. Il relie le quartier de Brooklyn à Manhattan. Il dispose d'une allée centrale de 480 mètres. La passerelle supérieure du pont est réservée aux piétons et offre une vue exceptionnelle sur Manhattan. En 1885, la célèbre Statue de la Liberté arrive à New York, sur le navire français Isère, parti du port de Rouen deux mois plus tôt. Symbole de l'amitié entre la France et les États-Unis depuis l'indépendance américaine, cette statue de bronze, de 46 mètres de haut, est l'oeuvre du sculpteur Frédéric Auguste Bartholdi alors que son armature de fer a été conçue par Gustave Eiffel. Elle sera installée sur l'île de Liberty Island.

Le début du XXème siècle sonne l'ère du gratte-ciel. Le premier, le Flat-Iron (fer à repasser) voit le jour en 1902 (à l'intersection de la 5th avenue et de Broadway). La ville de New-York inaugure son premier métro deux plus tard. Elle suit ainsi l'exemple de Londres qui s'est dotée du tout premier métro au monde en 1863, suivie ensuite de Paris en 1900 et de Berlin en 1902. Aujourd'hui, le métro new-yorkais compte 28 lignes différentes et près de 400 kilomètres de voies ferrées (en comparaison, le métro parisien compte 14 lignes et près de 200 kilomètres de voies ferrées).

Durant l'été 1929, la bourse atteint des records. Certains financiers craignent une chute de l'économie, tant la hausse est grande. En effet, la crise arrive en Octobre. Pendant 22 jours, la bourse s'effondre (le premier grand krach boursier). À la mi-novembre, le marché a perdu plus de 40%. La crise devient économique et sociale. La moitié de la population est au chômage et, par conséquent, le crime et la magouille s'organisent. En 1933, Fiorello La Guardia est nommé maire de New York. Il purge la ville de la corruption en 12 ans et relance l'activité économique avec une série de grands travaux, comme la construction du Rockefeller Center. New York doit beaucoup de sa notoriété à son fameux Empire State Building, construit pendant la dépression, en 1931. Magnifique exemple d'architecture Art Déco, haut de 381 mètres et comptant 102 étages, il est jusqu'en 1971 le plus haut gratte-ciel du monde. Il redevient le plus grand immeuble de la ville, après la chute des tours jumelles du World Trade Center en 2001. Après le krach financier de Wall Street en 1929, l'espace de bureaux devenant très difficile à louer, c'est la popularité de l'immeuble, en tant qu'attraction touristique, qui le sauve de la banqueroute. Il devient ainsi le symbole historique national des États-Unis. Les vues de la ville depuis les terrasses d'observation des 86ème et 102ème étages sont exceptionnelles.

Bénéficiant d'une conjoncture économique exceptionnellement florissante, New York acquiert, grâce à une habile stratégie de marketing du maire Giuliani, la réputation d'une ville-monde, qui accumule richesses, concentration de populations, pouvoirs et symboles. Malheureusement, le 11 septembre 2001, les États-Unis subisse la pire attaque de leur histoire. Le désastre du World Trade Center est colossal. Accueillant 350 sociétés, 50 000 salariés, une gare souterraine, plusieurs lignes de métro, un centre commercial, on imagine la catastrophe ! Avec la destruction des deux tours de cent dix étages, construites entre 1966 et 1973, ce sont 200 000 tonnes d'acier et 413 000 tonnes de béton qui sont englouties d'une rive à l'autre de la pointe sud de Manhattan, surnommée désormais Ground zero (le point zéro), des milliers d'emplois disparus, des faillites annoncées et des centaines de morts tragiques.

Depuis, New York a bien changé. Le sentiment d'insécurité impose un état de tension permanent qui s'infiltre dans l'existence des New Yorkais. Progressivement, on se trouve entouré d'un nombre infini de systèmes de sécurité, on est filmé à son insu, en entrant dans un musée, dans un resto, dans une banque, etc. Des policiers, des vigiles, des agents secrets ou officiels se tiennent à l'entrée des cinémas, des théâtres, des écoles et des centres commerciaux. Faut-il vraiment que tant d'énergies soient utilisées pour la sécurité, alors qu'elle aurait pu l'être pour améliorer la créativité, la pensée ou la qualité de vie.

Enfin, après avoir été la ville la plus enviée au monde, voici le premier résultat d'une existence désormais marquée par la peur et la méfiance. Espérons tout de même que New York, ce symbole de la liberté absolue, ressortira plus forte de ses cendres et continuera de nous faire rêver...

Site du jour > Dossiers exclusifs > New York
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Etats-unis | Banque | Amérique