- Saint-Jean de Capistran
  • Votre horoscope :
  • Horoscope belier
  • Horoscope taureau
  • Horoscope gemeaux
  • Horoscope cancer
  • Horoscope vierge
  • Horoscope balance
  • Horoscope scorpion
  • Horoscope lion
  • Horoscope capricorne
  • Horoscope verseau
  • Horoscope poissons
  • Horoscope sagittaire
Fêtes

Les santons de Provence

L'apparition du santon se fait au début du 19e siècle. À cette époque, il s'appelle le " détaché ".

Le premier est construit en mie de pain, puis en terre séchée. Les essais de fabrication sont nombreux, mais le résultat est toujours le même : ils se cassent facilement. Par conséquent, on les remplace souvent. Mais comme c'est une production qui n'est pas coûteuse, les gens ne rechignent pas trop à racheter les pièces brisées.

Jean-Louis Lagnel

C'est à un Marseillais, Jean-Louis Lagnel (1764-1822), que nous devons le premier santon en argile rouge, aux alentours de 1800. La figurine est alors fabriquée dans un moule en plâtre, en deux parties (le détaché d'une part, les bras et accessoires, d'autre part). Tous les costumes, faits à la main, comme les vestes, chapeaux, nœuds de chemise, pantalons en tissus provençaux, sont posés directement sur le corps.

De plusieurs tailles, les santons mesurent entre 11 et 17 centimètres, et sont soutenus à l'intérieur par des tiges de fer.

L'artiste Lagnel s'inspire des marchands ambulants, femmes au marché, des paysans, etc., qu'il croise dans la rue, pour créer ses personnages. Ainsi, année après année, berger, boulanger, pêcheur, poissonnière, viennent agrandir la crèche provençale. À cette époque, la demande est croissante, ce qui crée des emplois.

De nombreux santonniers, disciples de Lagnel, apparaissent et profitent de cette occasion, pour développer ce marché. Au milieu du 19e siècle, Marseille organise, pour la première fois, une foire aux santons, qui deviendra une tradition régionale unique en France.

Les santonniers

Le 20e siècle représente l'évolution technique et, par conséquent, la croissance économique du métier. Pour la première fois, à Aubagne, Thérèse Neveu, cuit les santons dans un four à poteries. Ce procédé solidifie remarquablement les figurines. Elles sont plus résistantes et peuvent être transportées.

Cette cuisson se généralise après la Deuxième Guerre mondiale. Les santonniers s'associent alors avec les potiers, puis finissent par acheter leurs propres fours.

Culture générale

Voici les articles les plus populaires
Site du jour Copyright Site du jour © Toute reproduction même partielle est strictement interdite - Conditions d'utilisation Nos Partenaires : Provence | Régions françaises | France