Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Cannes, des légendes et des oeuvres

Le Festival de Cannes
Elles et Ils ont fait le festival
Le festival sur la scène internationale
60 ans de festival
Les coulisses du festival

Site officiel du festival
Histoire du festival
Brève histoire du festival
Le festival de Cannes (Encarta)
Les palmes d'or depuis 1946

Fabrication du papier
Dictionnaire & encyclopédie
Denis Diderot
La Renaissance
Walt Disney
La généalogie
Champollion
Le Land-Art


Cannes, des légendes et des oeuvres

Programmée pour voir le jour en septembre 1939, la première édition du Festival de Cannes est sabotée par un événement bouleversant : l'invasion de la Pologne par les troupes d'Hitler, le 1er septembre. La France et le Royaume-Uni déclarant la guerre à l'Allemagne, c'en était fait du prestigieux festival. Du moins pour le temps que dura la Seconde Guerre Mondiale.

Dès septembre 1946, la première véritable édition est un succès. En 1947, on inaugure le Palais Croisette, histoire d'officialiser cette célébration du cinéma avec la consécration d'un temple qui lui sera attitré. Mais un accord signé pour ne pas nuire à la Mostra de Venise oblige la direction du Festival cannois à ne le présenter qu'une année sur deux. La fête est compromise et les éditions de 1948 et 1950 sont zappées au profit du festival vénitien. Heureusement, l'accord prend fin en 1951 et le Festival de Cannes ne connaîtra plus d'entrave, sauf en 1968 lors des troubles qui agitent la France à l'époque, et se déroulera désormais au printemps. Une formule gagnante pour devenir l'un des événements les plus médiatisés de la planète.

Jusqu'en 1955, on ne remettait aux récipiendaires qu'un Grand Prix. Or cette année-là, on crée la fameuse Palme d'or. Elle deviendra la récompense cinématographique la plus convoitée au fil des ans par les protagonistes du cinéma à l'échelle mondiale. La première Palme d'or sera remise au cinéaste américain Delbert Mann (1920-2007) pour son film : Marty (1955). De 1964 à 1974, la Palme d'or supporte une période de disgrâce pendant laquelle elle disparaît au profit du Grand Prix qui revient pour dix ans. Mais au terme de cet effacement, la Palme d'or reprend sa place et son prestige devient inégalable. Le festival de Cannes

Au fil de son histoire, le Festival de Cannes évolue et se diversifie. Ainsi, la Semaine internationale de la Critique est créée en 1962. Elle permet à des journalistes et des critiques du cinéma de décerner des prix et de découvrir de nouveaux talents cinématographiques. Toutefois, le festival n'échappe pas aux turbulences politiques.

Lors des événements du Printemps 68', des étudiants et militants investissent le Festival de Cannes. Mais contre toute attente, de grands réalisateurs appuient les manifestants et retirent leurs œuvres de la compétition officielle. Parmi les rebelles, on compte sans surprise les têtes fortes du moment : François Truffaut (1932-1984), Jean-Luc Goddard ( 1930- ), Roman Polanski (1933- ), Louis Malle (1932-1995), Carlos Saura (1932- ) ou Milos Forman (1932- ). L'édition de 1968 est annulée le 19 mai.

Les festivaliers assistent ensuite en 1969, à la création d'un nouvel événement de marque au Festival, la Quinzaine des réalisateurs, laquelle est inaugurée pour faire connaître des cinéastes étrangers, peu connus du public. 1978 est également une année de changements pour le festival. Gilles Jacob (1930- ) crée le prix La Caméra d'or, destinée à récompenser la meilleure première œuvre d'un cinéaste. Une nouvelle section est également instituée : Un Certain Regard afin de récompenser des cinéastes atypiques et méconnus du public.

Élu à la présidence du Festival de Cannes en 2001, Gilles Jacob, critique et réalisateur, a toujours démontré une volonté humanitaire de donner une chance aux passionnés du cinéma qui possèdent le talent sans avoir les ressources pour l'exploiter. En 1998, pour supporter les jeunes talents, il institue la Cinéfondation dont l'objectif est de favoriser la réalisation d'œuvres cinématographiques dans le monde.

Le Festival de Cannes tel qu'on y assiste aujourd'hui présente plusieurs sections dont : La Sélection Officielle (Longs métrages en compétition, Longs métrages hors compétition, Courts métrages en compétition, Un Certain Regard, Cinéfondation) ; Cinéma de toujours ; Cannes Classics ; La Semaine de la Critique ; La Quinzaine des Réalisateurs.

Les prix à Cannes sont nombreux. Dans la catégorie : Longs métrages de la compétition officielle, on distingue :
- la Palme d'or (meilleur film) ; le Grand Prix (originalité) ;
- le Prix d'interprétation féminine (meilleure actrice) ;
- le Prix d'interprétation masculine (meilleur acteur) ;
- le Prix de la mise en scène (meilleur réalisateur) ;
- le Prix du scénario (meilleur scénariste) ;
- le Prix du Jury (film distingué par le Jury) ;
- le Prix de la Critique internationale.

Dans la catégorie : Courts métrages de la compétition officielle, deux récompenses sont remises :
- la Palme d'or du court-métrage (meilleur court-métrage) ;
- le Prix du Jury du court-métrage (court-métrage distingué par le Jury).

Dans la catégorie : Sélection officielle (compétition et Un Certain Regard), on remet :
- le Prix de la jeunesse (première ou seconde œuvre d'un cinéaste distinguée par un Jury-jeunes).

Enfin, pour la catégorie : Sélection officielle (compétition et Un Certain Regard), la Quinzaine des réalisateurs et la Semaine de la critique, différents prix sont attribués selon des distinctions spécifiques : - la Caméra d'or (meilleur premier film) ;
- le Prix François Chalais (attribué à un film qui se distingue par ses valeurs journalistiques) ;
- le Prix Fripesci (attribué à un film distingué par un Jury de critiques internationaux et appartenant au genre : film d'auteur) ;
- le Prix Œcuménique (attribué à un film distingué par un Jury chrétien) ;
- le Prix Orange (prix occasionnel et spécial attribué par l'Association de presse à un acteur pour l'ensemble de sa carrière) ;
- le Prix Roberto Rossellini (attribué à un acteur/actrice se distinguant dans un rôle humaniste) ;
- le Soleil d'or (attribué à un film distingué par le comité de la Caisse centrale d'activités sociales) ;
- le Prix Vulcain de l'artiste technicien (attribué à un artiste technicien distingué par la Commission supérieure technique de l'image et du son) ;
- le Trophée Chopard (attribué à l'actrice et à l'acteur qui se distingue à titre de révélation de l'année).

En marge de la compétition officielle, on remet également le Trophée du Festival de Cannes, un prix hommage à l'ensemble de la carrière d'une figure importante du cinéma.

Parmi les quelques réalisateurs français ayant remporté la Palme d'or (ou le Grand Prix selon l'époque), mentionnons huit lauréats seulement :
1946 - Jean Delannoy pour La symphonie pastorale
1953 - Henri-Georges Clouzot pour Le Salaire de la peur
1956 - Jacques-Yves Cousteau et Louis Malle pour Le Monde du silence
1961 - Henri Colpi pour Une aussi longue absence
1964 - Jacques Demy pour Les Parapluies de Cherbourg
1966 - Claude Lelouch pour Un homme et une femme
1987 - Maurice Pialat pour Sous le soleil de Satan
2008 - Laurent Cantet pour Entre les murs

En 2007, les statistiques évaluaient le taux de fréquentation par des médias au Festival de Cannes à : 150 chaînes radiophoniques, 200 agences de presse, 300 chaînes de télévision, 300 photographes, 1 000 journaux et magazines écrits et approximativement 4 500 journalistes. Avec la Mostra de Venise et le Festival de Berlin, il s'agit d'un festival dont le prestige peut lancer une carrière aussi bien qu'il peut la détruire. Le Festival de Cannes est à lui seul un monstre sacré !

Site du jour > Dossiers exclusifs > Cannes, des légendes et des oeuvres
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Fêtes | Cinema | James Dean | Stars