Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > La femme française et son émancipation

Elles ont fait la France
Histoire des femmes
Silences de l'histoire
L'aventure des femmes
Les années Beauvoir

Histoire des femmes
Droit des femmes
Aux pouvoirs, citoyennes !
Les femmes d'hier ...
Le mouvement féministe
Journée internationale

Les portraits du Fayoum
Histoire du disque
Canal de Panamá
Pause café !
La rose, reine des fleurs
Les ondes sont partout !
Le Land-Art
Les fourmis


La femme française et son émancipation

On pourrait discourir longtemps sur les efforts que firent les femmes pour être reconnues comme personne à part entière dans la société, et non plus comme mineure, sous tutelle d'un père, d'un frère ou d'un époux. Toutefois, malgré une volonté de fer et des revendications judicieuses, elles restèrent, à leur époque, des voix sans écho, des marginales considérées, à tort, comme de sombres folles. C'est hélas à cause de l'absence massive des hommes, partis à la guerre, que la femme pu enfin prouver ses capacités intellectuelles aussi bien que ses aptitudes physiques.

C'est donc la nécessité qui sortit la femme de son statut d'enfant. Obligée d'occuper des postes de gestions administratives et de remplir des charges d'ouvrier dans les usines et dans les propriétés agricoles, les femmes démontrèrent au-delà de tout doute leur potentiel à réaliser les mêmes tâches que les hommes. Et parce qu'elles prirent goût à cette aventure dans le domaine de l'autonomie, et surtout qu'elles gagnèrent en confiance tout en méritant un salaire leur revenant de droit, les femmes ne voulurent plus revenir en arrière quant leurs époux rentrèrent de la guerre.

Déjà, la fin du 19e siècle avait donné au monde de fortes têtes telles que Colette, Renée Vivien, Lucie Delarue-Mardrus, Rachilde ainsi que l'aventurière Isabelle Eberhardt. Des femmes libres (ou presque), véhiculant des idées nouvelles (et révolutionnaires aux regards masculins) et ne reculant devant rien pour exprimer leurs désirs. La guerre de 14-18 permit à leurs émules, fort à propos, de concrétiser leurs prétentions.

L'avènement de la laïcité, la mise en doute des dogmes religieux, la perte de popularité du catholicisme ainsi que les avancées scientifiques jouèrent également un rôle important dans la transformation du modèle social féminin. Alors que les femmes des siècles passés étaient brûlées vives pour sorcellerie dès qu'elles s'octroyaient la sciences des herbes, donc le pouvoir de guérir, on encensa Marie Curie pour ses découvertes extraordinaires en physique et en chimie (Prix Nobel en 1903 et en 1911). Bien sûr, on restait encore loin d'une reconnaissance globale, mais cet honneur isolé ouvrait les portes à la récidive.

Après la Première Grande Guerre, la femme voulut continuer de s'impliquer socialement par le biais du travail. Quelques choix de carrières s'offrirent à elle et l'on vit de plus en plus de secrétaires, de réceptionnistes, d'infirmières, d'ouvrières en usine. Comme elles pouvaient retirer un salaire, elles furent en mesure de dépenser et de s'habiller en fonction de leur nouveau mode de vie. C'est le moment que Coco Chanel choisit pour entrer sur la scène internationale de la mode et révolutionner totalement la toilette de la femme française. Chanel donna à la femme une liberté de mouvements, une possibilité d'utiliser son corps avec souplesse sans la contrainte du corset. La Française allait enfin pouvoir respirer et se soustraire définitivement aux syncopes !

Plusieurs femmes prirent ensuite le flambeau afin d'apporter aux représententes du prétendu "sexe faible" une reconnaissance sociale incontournable. Des écrivains éclairés sur la question féminine comme Simone de Beauvoir, Françoise Sagan, Marguerite Duras suscitèrent maintes fois la controverse essentielle à l'évolution des idéologies. Mais c'est aussi grâce à des femmes solides et déteminées comme Simone Veil, longtemps ministre de la santé en France, qui fit accepter des lois pour la contraception (1974) et pour l'interruption de grossesse volontaire (1975), que la condition féminine s'est améliorée en France.

Malgré certains acquis, l'égalité des sexes reste un but à atteindre car l'on en est encore assez loin. Il existe toujours de bien mauvaises langues pour taxer les femmes et le féminisme de tous les maux de la société actuelle. On plaint les hommes qui perdent leurs repères ancestraux (et leurs droits de gérance sur leur compagne par la même occasion...), la famille qui fout le camp car on ne fait plus d'enfants (sur une planète déjà lourdement surpeuplée...), les jeunes de plus en plus violents (en comparaison de tous les pillages autorisés par les guerres du passé...), et c'est la femme qui trinque, qui prend la responsabilité de cette évolution (précisément dans son aspect négatif).

Toutefois, il faudra bien qu'un jour, hommes et femmes cessent leur "guéguerre" ridicule et décident enfin de redéfinir leur rôle respectif en fonction des nouvelles réalités de la vie. Si l'être humain consentait enfin à sortir de ses vieux stéréotypes sexuels pour construire de nouveaux modèles, il y aurait peut-être de la lumière au bout du tunnel...

Site du jour > Dossiers exclusifs > La femme française et son émancipation
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Femme | Vetements femmes | Code vestimentaire | Sexualité