Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > L'invention du bac

Les Sept Jours de la Création d'Israël
Entre Paris et Jérusalem
L'État d'Israël
Comment le peuple Juif fut inventé
Mythes et réalités...

Israël - Palestine : histoire d'un conflit
Conflit israélo-arabe
Le retour vers la terre promise
Les 60 ans de la création d'Israël
Encyclopédie Msn
Petit lexique du conflit

Fabrication du papier
Dictionnaire & encyclopédie
Denis Diderot
La Renaissance
Walt Disney
La généalogie
Champollion
Le Land-Art


Israël, une controverse millénaire

Trois millénaires avant la venue du Christ, la Palestine (à titre d'entité territoriale) se composait de plusieurs tribus sémites et non sémites. Tantôt occupée par des étrangers Hyksôs, tantôt pillée par les Hittites et les Bédouins, tantôt livrée à différents malheurs sous un protectorat égyptien, la Palestine connut malgré tout une évolution sociale remarquable, précisément à l'époque de la civilisation cananéenne. Toutefois, entre 1500 et 1200 av. J.-C., le pays fut en proie à différents conflits. Affaiblie par le pouvoir des garnisons égyptiennes, les pillages des Shasou (pasteurs nomades) et des Apirou (mercenaires) ainsi que par les invasions des nombreux Peuples de la mer, la Palestine resta une terre sans ethnie permanente pour la diriger.

Dans les siècles qui suivirent (1200 à 900 av. J.-C.), Cananéens et Israélites cohabitèrent. Les premiers Israélites étaient des nomades qui choisirent de s'installer en terre palestinienne pour cultiver des céréales. Selon certains archéologues, ils venaient vraisemblablement d'Irak puisqu'ils parlaient une langue sémitique semblable à celle des Arabes, des Araméens et des Assyriens.

Dans cette estimation chronologique de l'établissement des peuples sémites dans cette région du globe, un fait de la plus haute importance est à considérer : l'exode des Hébreux depuis l'Égypte, tel qu'exprimé dans les ouvrages bibliques, ne se fonde sur aucune donnée archéologique réelle. Les fouilles de 1990 en Palestine et en Égypte ont prouvé que l'esclavage n'existait pas en Égypte à l'époque mentionnée dans le livre de Josué (l'esclavage en Égypte ayant été instauré par les Grecs lors de la fondation de la ville d'Alexandrie, 331 av. J.-C.). L'archéologue Pierre de Miroschedji (directeur du Centre de recherche français de Jérusalem et directeur de recherche au CNRS) affirme plutôt :

"La culture israélite a émergé dans les collines du centre du pays, en continuité avec la culture cananéenne de l'époque précédente…" Création d'Israël

Les peuples sémites auraient donc habité la Palestine à différentes périodes de l'Histoire sans toutefois en avoir été les fondateurs. Par ailleurs, en dépit de royaumes constitués par les descendants du roi Salomon, comme Juda ou Israël, les peuples judéens furent régulièrement chassés puis rapatriés, puis chassés de nouveau et encore admis à revenir en Palestine pendant les siècles ultérieurs. Le territoire palestinien, terre d'éternels conflits, n'a jamais appartenu qu'à tous ceux qui s'y succèdent à titre de puissance dominante en présence. Mais n'a-t-il jamais été la terre d'un peuple plutôt que d'un autre ?

On peut avancer que le concept d'un état israélien en terre palestinienne prit véritablement racine avec la déclaration de l'empereur Napoléon Bonaparte (1769-1821), sa Proclamation à la nation juive, en 1799, moment historique lors duquel il exhorta le peuple juif à revendiquer la Palestine comme terre ancestrale et à s'identifier comme nation. L'idée couvait, certes, mais ces encouragements combinés à la montée de l'antisémitisme à travers le monde firent pression sur le peuple juif. Des implications financières individuelles, notamment de membres de la puissante famille Rothschild, préparèrent un retour progressif des Juifs en Palestine. Les grandes fortunes acquirent des terrains et le 19e siècle se ponctua de nouvelles implantations juives en territoire palestinien, dont une école agricole à Jaffa, dès 1869, créée par l'Alliance israélite universelle.

Partout en Europe, le peuple juif est vilipendé, exécré, menacé. Devant l'urgence de se trouver un refuge sécuritaire, les Juifs d'Europe, appuyés par leurs compagnons américains, libèrent les fonds nécessaires à l'acquisition de propriétés foncières. Le sionisme naît, idéologie nationaliste qui prône le droit pour les Juifs de se créer un État dans le monde. Theodor Herzl (1860-1904) s'en fait le champion et organise les premiers congrès sionistes mondiaux. On décide lors de ces congrès l'institution d'une Banque coloniale juive (1899) et d'un Fonds national juif (1901). Les ressources financières nécessaires à la réussite d'une implantation de colonies massives en Palestine au profit du sionisme sont désormais en place.

Ce sont les deux grandes guerres du 20e siècle qui décidèrent définitivement du sort du peuple juif en Palestine. Le pays sous tutorat ottoman, se vit libéré par l'Empire britannique qui triompha des Ottomans en 1917. Les sionistes, qui avaient déjà entrepris une campagne de séduction auprès du gouvernement anglais dans l'éventualité d'une victoire, fondaient désormais leurs espoirs dans la fameuse Déclaration de Balfour, qui leur accorderait le droit à l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif. Le hic, c'est que le même empire britannique avait promis aux peuples arabes : un grand royaume arabe incluant la Palestine. Cette déclaration, publiée en novembre 1917 par lord Arthur James Balfour (1848-1930), alors ministre britannique des Affaires étrangères, allait attiser, à juste titre, la rancœur des Arabes. Les conditions idéales pour un conflit à long terme venaient d'être posées. Chacun comprit par la suite les intérêts individuels (surtout pétroliers) des pays alliés (France, Royaume-Uni, Italie, Russie) dans ce non-respect d'une entente jadis promise. De plus, la communauté juive américaine étant riche et influente, les évidences sur l'échiquier politique mondial se dessinaient clairement pour le monde arabe.

Après la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) et la mort de millions de Juifs, différer davantage la création d'un état israélien aurait été un affront inacceptable. Le Royaume-Uni céda donc ses droits sur la Palestine aux Nations Unies qui, par la résolution 181, décidèrent de scinder le territoire en deux : un état arabe et un état juif. Les Arabes, outrés, rejetèrent cette résolution et le 30 novembre 1947, la guerre civile éclata entre Juifs et Arabes. Cette guerre sera remportée par le peuple juif qui rognera davantage le territoire palestinien à l'issue de sa victoire. Depuis, entre immigration massive des Juifs du monde entier vers Israël, terrorisme arabe, efforts des hommes de paix pour parvenir à une solution durable, la Palestine n'est plus qu'une vaste arène sanglante dans laquelle s'affrontent les intégristes des deux camps.

Serions-nous tentés de défendre l'une ou l'autre des parties que les arguments ne suffiraient pas. La haine entre les tribus de Palestine existe depuis des millénaires. La décision du peuple juif de retourner vivre en territoire palestinien sans en reconnaître ses habitants ancestraux (le slogan des sionistes était : une terre sans peuple pour un peuple sans terre…) peut sembler d'une arrogance impensable. En marge de ce fait, force est de constater que les exactions dont ont été victimes les Juifs au cours des siècles restent impardonnables. Qui a tort, qui a raison aujourd'hui ? Peut-être cette question devrait-elle être dépassée pour enfin permettre aux Juifs comme aux Arabes de cesser de vivre dans la terreur et la haine.

Ceux qui se sont battus pour la paix en Palestine restent nombreux. Si seulement Palestiniens et Israéliens pouvaient se rappeler leur grandeur d'âme, leur inclination à la clémence pour enfin faire cesser les massacres… Parmi eux les Nobels de la paix : Yasser Arafat (1929-2004), Menahem Begin (1913-1992), Shimon Peres (1923- ), Yitzhak Rabin (1922-1995), Anouar el-Sadate (1918-1981). Et souvenons-nous enfin de la pertinence de cette phrase de Golda Meir (1898-1978) : "Nous pouvons pardonner aux Palestiniens de tuer nos enfants, mais nous ne pourrons jamais leur pardonner de nous obliger à tuer leurs enfants. La paix viendra quand les Arabes aimeront leurs enfants plus qu'ils ne nous haïssent" Cette phrase, si seulement elle pouvait être ressentie et admise de part et d'autre…

Site du jour > Dossiers exclusifs > Israël, une controverse millénaire
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Israël | Traduction en ligne | Aéroports