Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Cousteau : la passion de la mer

JYC dans l'océan de la vie
L'Homme, la Pieuvre et l'Orchidée
L'âme de La Calypso
Mon père, le commandant
Cousteau, une biographie

Cousteau
Cent ans d'exploration
Les 100 ans du Commandant
Cousteau (Youtube)

Fabrication du papier
Dictionnaire & encyclopédie
Denis Diderot
La Renaissance
Walt Disney
La généalogie
Champollion
Le Land-Art


Cousteau : la passion de la mer

Officier de la marine française, océanographe, explorateur intrépide et surtout célèbre commandant de la non moins célèbre Calypso, Jacques-Yves Cousteau était tout sauf un homme ordinaire. Né le 11 juin 1910 à Saint-André-de-Cubzac en France, ce fils d'avocat et petit-fils de notaire dévia du cursus en droit qu'avaient suivi les hommes de sa famille. Passionné par la mer dès son plus jeune âge, Jacques-Yves la découvrit grâce à ses explorations des calanques aux alentours de Marseille. En 1930, à l'âge de vingt ans, il fut admis à l'École navale de Brest et se fit officier canonnier. En 1936, son ami Philippe Tailliez (1905-2002), un plongeur réputé, lui prêta des lunettes sous-marines Fernez, ancêtres des masques de plongée. Jacques-Yves comprit alors toute l'importance et toute la beauté des fonds marins.

Engagé ensuite pour le service de renseignements de la Marine française, Cousteau participa à des missions spéciales au Japon, à Shanghai ainsi qu'en URSS entre 1938 et 1939. Mais après l'Armistice de 1940, Cousteau et sa famille se réfugièrent à Mégève. L'appel de la mer toujours aussi puissant, Cousteau décida, avec Tailliez et Frédéric Dumas (1913-1991), de révéler au grand public les mystères de ce territoire encore inconnu. Les trois hommes, que la légende surnomma les Trois Mousquemers, s'ingénièrent à inventer diverses techniques submersibles pour leur matériel de plongée aussi bien que pour leurs caméras et leurs pellicules. En 1943 avec l'aide de l'ingénieur Émile Gagnan (1900-1979), Cousteau mit au point le scaphandre autonome moderne puis dans les années 1950, avec cette fois le concours de Jean Mollard, il créa une soucoupe plongeante (SP-350), un petit sous-marin bi-place pouvant atteindre 350 mètres de profondeur. Développé par la suite, le petit submersible (SP-500) pourra désormais s'enfoncer jusqu'à 500 mètres sous l'eau vers 1965. Commandant Cousteau

En 1942, les célèbres Mousquemers réalisèrent le film Par dix-huit mètres de fond, tourné en apnée. L'année suivante Cousteau et ses complices récidivèrent avec le film Épaves. En 1946, Cousteau et Tailliez présentèrent le film à l'amiral Lemonnier qui les chargea alors de mettre en place des systèmes de recherches sous-marines. Ainsi naquit ainsi le Groupement de Recherches Sous-marines (GRS) de la Marine nationale à Toulon, qui devint en 1950 le Groupe d'Études et de Recherches Sous-Marines (GERS) avant de prendre les noms de Groupe d'Intervention Sous la MER (GISMER) en 1973, COMmandement des Interventions Sous la MER (COMISMER) en 1993, et enfin CEllule de Plongée Humaine et d'Intervention Sous la MER (CEPHISMER) en 2009.

À partir de 1948, les Trois Mousquemers s'embarquèrent sur l'aviso hydrographe l'Élie Monnier et commencèrent une exploration en Méditerranée. Ils entreprirent ensuite leur première mission d'archéologie sous-marine avec l'épave romaine de Mahdia, en eaux tunisiennes. Le cinéaste Marcel Ichac (1906-1994), lié à Cousteau depuis quelques années, participait également à l'aventure et les deux hommes présentèrent à Cannes le film Carnets de plongée en 1951, qui fut primé.

En 1949, autre fait héroïque de l'équipe de l'Élie Monnier : le sauvetage du bathyscaphe FNRS II, du professeur Jacques Piccard (1922-2008), au cours d'une expédition à Dakar. Mais ces aventures en mer ne furent bientôt plus suffisantes à l'équipe Cousteau. La même année l'océanographe quitta la Marine française et fonda, dès 1950, Campagnes Océanographiques Françaises (COF). C'est aussi à la même époque que le brasseur Loël Guiness lui fit don de la légendaire Calypso, un ancien dragueur de mines qui devint le navire océanographique le plus connu au monde.

Continuant inlassablement son périple sur toutes les mers du globe, le commandant Cousteau co-réalisa avec Louis Malle (1932-1995) le magnifique documentaire Le Monde du Silence , récipiendaire de la mythique Palme d'or à Cannes, en 1956. Grâce à une activité incessante et à son désir de mettre en lumière la biologie sous-marine, Jacques-Yves Cousteau devint familier du grand public. Élu à la direction du Musée océanographique de Monaco en 1957 puis admis à la National Academy of Sciences, Cousteau s'engagea avec énergie dans de nombreux combats pour la défense de l'environnement. Décidée à convaincre la population mondiale de la fragilité du monde sous-marin, l'équipe de la Calypso continua ses explorations et convainquit même certaines chaînes de télé américaine d'un projet documentaire. Cette entente donna naissance à la série L'Odyssée sous-marine du Commandant Cousteau. En 1974, le commandant fonda The Cousteau Society aux États-Unis afin de propager l'amour de la mer sur le continent américain et d'éduquer la population face à la fragilité d'une mer constamment en péril. Aujourd'hui la société compte plus de 100 000 membres actifs.

Jacques-Yves Cousteau, par son engagement environnemental ainsi que par son travail exhaustif de recherches sous-marines, reçut de nombreuses récompenses. En 1977, on lui décerna le Prix des Nations unies pour l'Environnement puis en 1985, c'est le président américain Ronald Reagan (1911-2004) en personne qui lui remit la Médaille présidentielle de la Liberté. En novembre 1988, ce fut la grande consécration de l'Académie française alors qu'on lui accorda un siège et en 1992, il devint président du Conseil pour les droits des générations futures. Cousteau n'arrêta jamais, il parcourut tous les océans et rendit accessible à tout public cet univers sous-marin si merveilleux. Il aimait à dire : On aime ce qui nous a émerveillé, et on protège ce que l'on aime. Sa mission était de transmettre cette passion au plus grand nombre afin de promouvoir un élan collectif de sauvegarde des mers du monde.

Le 25 juin 1997 à Paris, Jacques-Yves Cousteau mourut au terme d'une vie trépidante et remplie d'aventures extraordinaires. Celui que l'on avait décoré de tant de distinctions (Croix de guerre 1939-1945, Grand-Croix de l'Ordre national du Mérite, Officier de l'Ordre du Mérite maritime, Commandeur de la Légion d'honneur, Commandeur de l'ordre des arts et lettres) laissa à sa seconde épouse, Francine Triplet (1946-), le soin de continuer son œuvre.

Pour Cousteau, la quête trouvait sa nourriture spirituelle dans la communication d'un message : Les bateaux, les engins, l'argent, les hommes, moi-même, tout ça c'est de la quincaillerie. Ce qui compte, c'est l'œuvre accomplie : dans un siècle on nous aura oublié, mais on se souviendra encore de ce que nous avons filmé et dit. Or jamais le genre du film sous-marin environnemental et d'aventures ne s'est aussi bien porté. Et cet engouement, on le doit sans le moindre doute au commandant Cousteau et à la légendaire Calypso qui ont fait découvrir à des générations de néophytes les merveilles de ces incomparables profondeurs marines.

Site du jour > Dossiers exclusifs > Cousteau : la passion de la mer
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Decalage horaire | Indicatifs internationaux | Calculatrice