Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Les colonies de vacances

Histoire des colonies de vacances
Les colonies de vacances
Le livre des colos
Et pourquoi que les colos…
Colos et centres de loisirs

Les colonies de vacances (Blog)
Colonies de vacances en France
Les colonies de vacances

Fabrication du papier
Dictionnaire & encyclopédie
Denis Diderot
La Renaissance
Walt Disney
La généalogie
Champollion
Le Land-Art


Les colonies de vacances

Pour des millions d'enfants dans le monde, chaque nouvel été représente le temps des colonies de vacances qui commence. Si certains se débattent comme de véritables petits diablotins plongés dans un bénitier pour y échapper, la plupart envisagent cette période avec enthousiasme. Les vacances d'été et les colos, c'est pour beaucoup la promesse d'aventures trépidantes, un moment privilégié pour explorer la nature et développer au maximum certaines aptitudes : habilités physiques, initiative, débrouillardise, sens des responsabilités, courage, maturité, etc.

C'est vers la fin du 19e siècle que naît l'idée d'offrir aux enfants d'ouvriers pauvres des vacances à l'extérieur des milieux industrialisés. En 1876, le pasteur suisse Hermann Walter Bion croit que l'air pur de la campagne fera le plus grand bien à un petit groupe d'enfants défavorisés de Zurich. L'expérience se révèle si bénéfique, au terme des deux semaines en milieu rural, que le pasteur se promet de répéter l'événement. Grâce à une entente avec quelques paysans et aubergistes, les jeunes vivent des moments uniques, découvrant la nature, la vie animale, les tâches paysannes, des repas sains, un sommeil sans angoisse et des activités gratifiantes. L'année suivante, Bion remet cela et amène un plus grand nombre de gamins, portant cette fois son expédition à quatre-vingt-quatorze bénéficiaires. Fort de son succès, Bion répand l'idée des Ferien Kolonien autour de lui et le concept fait bientôt son apparition un peu partout en Europe, en Amérique du Sud, aux États-Unis ainsi qu'au Japon. Les colonies de vacances

En France, on doit la mise en œuvre d'une première colonie de vacances au pasteur Lorriaux de Clichy, en 1881. Disciple de Bion, le bon pasteur français organise une colonie appelée l'Oeuvre des Trois Semaines. L'année suivante, c'est une noble dame, madame de Pressenssé, qui crée un lieu de vacances pour les jeunes : l'Oeuvre de la Chaussée du Maine. Or les résultats de ces entreprises auprès des enfants sont si concluants que la mode est lancée ; en 1893, c'est au tour du pasteur Comte d'instaurer la colonie des Enfants à la Montagne.

Chapeautées par différents organismes de charité laïcs ou chrétiens, les colonies de vacances se multiplient, si bien que dès 1906, une association de regroupements voit le jour, la Fédération nationale des colonies de vacances et Œuvres de grand air, composée de deux cents organismes responsables de l'encadrement d'environ 26 000 enfants sur le territoire français. La colonie de vacances est désormais une institution qui s'élargira aux familles mieux nanties qui établiront à leur tour des lieux de vacances pour enfants fortunés.

Le premier objectif de la colonie de vacances est de soustraire l'enfant à un milieu précaire, de lui inculquer des notions d'hygiène et de responsabilités sociales, de lui permettre de connaître un univers riche de découvertes. Prolongement de l'éducation scolaire en quelque sorte, le camp estival consiste à éveiller chez l'enfant des ambitions différentes de celles auxquelles son milieu le destine. Au tout début de cette mode des colonies, on pèse et mesure les petits afin de marquer concrètement les effets bénéfiques d'un tel séjour sur leur santé. Cependant, au fil du temps, les enfants pauvres ne seront plus les seuls à profiter du privilège des colonies de vacances lorsque la majorité des travailleurs y découvre une solution moderne afin de confier leur marmaille à une institution responsable alors qu'ils ne peuvent se payer des vacances familiales pendant l'été.

C'est donc dans une optique de "pensionnat d'été" que la colonie de vacances devient véritablement populaire. Quand les travailleurs ne peuvent confier les enfants à des membres de la famille élargie, quoi de plus rassurant que de les envoyer en colonie ? De plus, les mouvements scouts faisant leur apparition dès 1920 (en France, l'Association des scouts de France à l'instigation du jésuite Jacques Sevin), suivis en 1929 de la première auberge de jeunesse fondée par Marc Sangnier à Bierville en Seine-et-Marne, c'est un véritable engouement pour les activités estivales destinées aux jeunes qui s'amorce. Aller en colo devient pour beaucoup de jeunes le nec plus ultra de l'époque. Non seulement on y vit l'aventure, on y apprend une vie complètement étrangère à ses habitudes, mais c'est souvent en colo que les adolescents vivent leur premier amour…

Après la Seconde Guerre mondiale, les colonies de vacances, en plus de se multiplier, se spécialisent. De vieilles usines désaffectées sont transformées en camp de vacances pour les enfants d'ouvriers, des locaux spéciaux reçoivent des enfants handicapés, les grandes sociétés contractent avec des lieux de villégiatures reconnus afin d'y loger la progéniture de leurs employés, etc. Puis, dès 1947, l'État prend en charge le financement des colonies de vacances à près de 90 % et l'on forme des diplômés à titre de moniteurs ou de directeurs de camp.

Dans les décennies qui suivent, on inaugure de plus en plus de centres de vacances à thèmes. Camp équestre, camp aquatique, camp de voile, camp d'arts plastiques, camp de musique, etc. Chacun y trouve des activités à la mesure de ses goûts et ces centres formateurs deviennent bien souvent complémentaires de formations déjà en cours pendant l'année régulière. Les colos, qui portent depuis 1973 le nom de centres de vacances, tiennent un rôle éducatif important pour des générations d'enfants. Mais…

Depuis les années 1980, on remarque une baisse d'inscription dans les camps de vacances. Le passage à la semaine de 35 heures, en plus des vacances étatisées, laisse aux adultes des plages de temps à consacrer désormais aux enfants qui n'ont pas école. De plus, les vacances en famille au bord de la mer ou à la montagne gagnent en popularité depuis quelques années. Serait-ce donc le déclin de cette institution centenaire ?

Histoire à suivre et sans doute à vérifier également auprès d'enfants qui ont peut-être besoin, une fois par année, de prendre des vacances sans l'ombre d'un parent…

Site du jour > Dossiers exclusifs > Les colonies de vacances
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Decalage horaire | Indicatifs internationaux | Calculatrice