Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Casse-noisette : l'impérissable ballet

Casse-Noisette
Casse-Noisette
Histoire d'un Casse-Noisette

Histoire d'un casse-noisette (PDF)
La scena musicale
Danza Ballet
Grands ballets canadiens

Fabrication du papier
Dictionnaire & encyclopédie
Denis Diderot
La Renaissance
Walt Disney
La généalogie
Champollion
Le Land-Art


Casse-noisette : l'impérissable ballet

Noël… C'est la période de l'année où les grands classiques réapparaissent, où la tradition ramène inévitablement son lot de contes et de légendes enchantés. Féerique et spectaculaire, le ballet Casse-Noisette fait souvent partie des présents que l'on offre aux enfants, histoire de les émerveiller, histoire de leur emplir le regard de cette magie époustouflante où décors et mouvements acrobatiques se déploient, entraînés par la musique passionnée du célèbre compositeur russe Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893).

Casse-Noisette Commandée par le maître de Ballet impérial de Russie, le chorégraphe marseillais Marius Petipa (1818-1910) et le directeur des Théâtres Impériaux de Russie Ivan Vsevolojski (1835-1909), la musique de Casse-Noisette est une œuvre majeure dans le répertoire tchaïkovskien et la puissance incontestable portant les envolées de ce ballet si particulier. Mais encore… Car Casse-Noisette est l'œuvre d'un nombre étonnant d'artistes !

L'histoire est tirée d'un conte d'E.T.A. Hoffmann (1776-1822) "Nußknacker und Mausekönig", terminé en 1816. Écrivain fantastique à qui l'on reproche souvent sa violation du monde réel, Hoffmann y met en scène, à sa manière mystérieuse, une famille bourgeoise le soir de Noël. Cette histoire sera plus tard adaptée par le fantasque Alexandre Dumas père (1802-1870) et ce sera cette version (datant de1844) que Petipa et Vsevolojski retiendront pour leur livret. Le récit raconte l'éveil d'une jeune fille (Clara) à l'amour et à la sensualité alors que son Casse-Noisette, reçu comme présent de Noël, s'anime soudain pendant la nuit. Évidemment, depuis le constat d'une enfant au seuil de l'adolescence que l'on pousse à l'exploration de sentiments amoureux, plusieurs lectures du récit sont possibles et c'est à la chorégraphie de s'exprimer ensuite pour en livrer des messages diversement orientés. Car toutes les versions ne se ressemblent pas…

La première représentation du ballet doit toute sa beauté aux arrangements chorégraphiques de Lev Ivanovitch Ivanov (1834-1901) qui remplace à cette tâche Petipa, alors atteint de maladie. Le ballet, présenté en 1892 au Théâtre Mariinsky (Saint-Pétersbourg) en deux actes, trois tableaux et 15 scènes, connaît un certain succès. Déjà, 56 danseuses incarnent la célèbre "valse des flocons" et c'est grâce au mécénat des tsars que l'on offre un spectacle d'une telle magnificence.

Il faut ensuite attendre 75 ans pour que celui par qui le scandale arrive, Rudolf Noureev (1938-1993), présente une version très stylée et très acrobatique, montée une première fois en novembre 1967 pour le Ballet royal de Suède. Cette facture remporte tous les suffrages du spectaculaire. Comme pour tout ce que touche ou retouche Noureev le téméraire, sa vision du ballet Casse-Noisette est une relecture qui évoque l'univers freudien, se rapprochant davantage des intentions narratives d'Hoffmann. Dans ce ballet chorégraphié pour repousser les limites des danseurs et leur permettre de livrer des performances physiques exceptionnelles, le parrain Drosselmayer (qui offre le présent) et le Casse-Noisette (le prince) sont interprétés par le même danseur, audace admirable qui révèle le fantasme de l'homme mûr pour la jeune femme en devenir. Autre trouvaille symbolique de la mise en scène : Clara jette ses poupées contre les rats griffus et féroces qui attaquent son prince. C'est toute l'enfance de Clara qui est ainsi repoussée à travers ce geste et qui traduit son désir impérieux de franchir les frontières du monde adulte. Sensuel, presque érotique, le Casse-Noisette de Noureev cause plus d'un émoi aux spectateurs, choquant les puristes, émerveillant les autres…

Prétexte à un hommage au maître Marius Petipa, le Casse-Noisette de John Neumeier (1942- ), crée pour le Frankfurt Ballet en octobre 1971, présente un contexte parfaitement étranger à la célébration de la nuit de Noël. Campée dans le milieu de la danse classique, l'histoire met l'accent sur les ambitions de danseuse d'une jeune fille (Marie) dont la sœur aînée est déjà danseuse étoile pour le maître chorégraphe Drosselmeyer. Le casse-noisette, que le fiancé de sa sœur lui offre pour son anniversaire, se matérialise alors pour permettre à la jeune Marie d'accéder à son rêve dans une danse avec lui.

En 1997, c'est l'Opéra de Saint-Étienne qui commande à Thierry Malandain une nouvelle chorégraphie de Casse-Noisette. Encore une fois, une relecture s'impose, relecture que fait Malandain en se replongeant dans le récit d'Hoffmann, ressuscitant l'épisode de la noix dure, qui met en scène une princesse que seule la découverte d'une noix singulière peut sauver. Évidemment, c'est un cousin de Drosselmeyer (alors mage à la cour du roi dans cette version) qui la possède. Il l'a casse alors (remplissant son office de casse-noisette) et remet à la princesse l'amende qui la guérit.

Maurice Béjart (1927-2007) signe quant à lui une chorégraphie très épurée, plus personnelle, présentée au Théâtre Regio, à Turin, en octobre 1998, dans laquelle c'est la maman décédée d'un enfant qui reprend vie au cours de la nuit de Noël, alors qu'il est assis tristement près d'un sapin dégarni. Tout s'anime alors autour de lui et l'espace d'une nuit, il retrouve l'amour et le bonheur… Rien n'est impossible !

Plus que l'objet fétiche lui-même, c'est la magie qu'inspire la musique de Tchaïkovski qui anime les cœurs et les espoirs. À la lumière de la version de Béjart ou de celle de Neumeier, par exemple, il est indéniable que l'on peut construire la fable en dépit des personnages d'origine et conserver malgré tout la force et le fil conducteur qui ont fait la symbolique du ballet Casse-Noisette.

Malgré les nombreuses lectures qu'il a déjà inspirées, le ballet Casse-Noisette reste une matière féconde que les grands danseurs et les illustres chorégraphes du monde entier adorent remanier encore et encore. Spectacle de vaste envergure, Casse-Noisette monopolise généralement un effectif des plus impressionnants. Pour la seule représentation de l'Opéra Bastille en 1997, chorégraphiée par Noureev, le ballet a retenu les services de 66 danseurs sur scène, 33 petits "rats", 20 figurants, 79 musiciens ainsi qu'une cinquantaine de techniciens. Et parions que ce ballet féerique n'a toujours pas fini d'inciter les plus fous, les plus audacieux, les plus extravagants des créateurs du monde de la danse. Aussi, en attendant les excentricités de futurs Casse-Noisette, revisitons avec bonheur ce ballet dont l'intemporalité ne nous lassera peut-être jamais…

Site du jour > Dossiers exclusifs > Casse-noisette : l'impérissable ballet
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Art | Russie | Amour