Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Tradition des cartes de vœux

Cartes faites main
Décorations et cartes de Noël

Les cartes de vœux ont une histoire
France pittoresque
Les cartes de Noël au Canada
Les vœux : histoire et savoir-faire

Fabrication du papier
Dictionnaire & encyclopédie
Denis Diderot
La Renaissance
Walt Disney
La généalogie
Champollion
Le Land-Art


Tradition des cartes de vœux

Le besoin de repartir à neuf, sur de nouvelles bases, avec de nouveaux projets à chaque début d'année, est une attitude profondément humaine. Comme si chaque individu éprouvait ponctuellement ce désir de remettre les compteurs à zéro pour se prémunir d'une chance toute neuve de réaliser des projets qu'il n'a pas encore menés à terme, le Nouvel An reste le moment propice à tous les espoirs de réussites. Or, personne ne manque à cet engagement de souhaiter aux autres ce que l'on espère pour soi-même : la santé, le bonheur et le succès !

Depuis des millénaires déjà, les souhaits qui accompagnent l'année qui s'amorce se transmettent entre parents, amis, voisins, concitoyens, etc. Souvent, l'on y joignait des offrandes alimentaires, friandises ou denrées nécessaires, pour souligner le caractère amical dans lequel l'on entreprenait cette nouvelle période. On se déplaçait en personne ou l'on mandait des messagers pour offrir ses vœux de bonheur à son entourage. En Extrême-Orient, dans plusieurs régions de Chine notamment, il semble même que des vœux transcrits sur des feuilles de papier de riz avaient déjà cours au Moyen-Âge. Les artistes les plus talentueux dessinaient et traçaient les souhaits de Bonne Année à la main, la grandeur du papier allant croissant selon la grandeur du personnage auquel le message s'adressait.

Dans le monde chrétien, c'est au 15e siècle que l'on ressentit le besoin de marquer dans le temps ces transmissions de vœux par le biais de feuillets de bons vœux. Réservés aux classes aristocratiques qui pouvaient se procurer encre et papier, les feuillets furent progressivement remplacés par des imprimés que les marchands expédiaient à leurs clients au 18e siècle, histoire de les remercier de leur fidélité et de les encourager à s'y tenir. Les souhaits du Nouvel An sortaient ainsi du clan familial, s'étendaient aux étrangers et prenaient une dimension commerciale qui allait bientôt s'édifier en véritable culte. Tradition des cartes de vœux

Dès 1796, l'auteur autrichien Aloys Senefelder (1771-1834) inventa la lithographie afin de reproduire des impressions en grande quantité. Grâce à cette découverte technique, on parvint désormais à tirer des centaines d'images identiques pour une diffusion importante. Les Anglais mirent à profit cette technique pour la transmission de leurs vœux du Nouvel An à partir de 1840, après l'impression massive d'enveloppes aux motifs de Noël et de la parution du premier timbre-poste. En 1843, le peintre anglais John Calcott Horsley (1817-1903) réalisa la première carte de vœux officielle. Bien que largement controversée par l'image qu'elle présentait (une famille célébrant, verre de vin à la main…), la création de Horsley lança la pratique de la carte de souhaits du temps des Fêtes. Vendue à l'époque pour un schilling, en plus des frais de poste de un penny, la carte n'était évidemment pas à la portée des budgets les plus humbles. Bourgeois, nobles et commerçants furent longtemps les seuls à pouvoir l'offrir à leur entourage. Mais les familles moins bien nanties conçurent rapidement l'idée de la fabriquer maison, se joignant ainsi à la naissance d'une tradition qui allait se diversifier considérablement en s'appliquant à tous les types d'événements de la vie humaine.

Vers 1860, c'est en Amérique du Nord que la tradition s'importa grâce à Louis Prang (1824-1909), un immigrant allemand qui ouvrit un atelier de lithographie à Boston au Massachusetts. Dès 1873, il imprima des cartes de souhaits pour le Nouvel An et commença à les vendre aux États-Unis l'année suivante. En 1885, il eut d'ailleurs l'idée de représenter le Père-Noël (Santa Claus) pour l'occasion dans un costume rouge, ce qui fit fureur auprès du public et officialisa la couleur rouge pour désigner le jovial bonhomme à barbe blanche.

La tradition de la carte de vœux se propagea alors en Europe aussi bien qu'en Amérique du Nord après les années 1950. C'était le moment privilégié pour partager ses souhaits les plus chers et surtout le moment idéal pour avouer à ses proches les sentiments les plus profonds. De plus, la carte de vœux prit rapidement des allures de messagère. Des souhaits traditionnels du temps des Fêtes, elle se diversifia bientôt pour satisfaire à différents événements : anniversaire, communion solennelle, décès, fête, félicitations, mariage, naissance, promotion, retraite… Des cartes pour Pâques, la Saint-Valentin, Halloween, le Poisson d'avril et encore une multitude d'autres occasions virent le jour pour marquer d'importance certains épisodes de la vie.

Des multinationales telles que Hallmark, créée en 1910 par Joyce Clyde Hall (1891-1982), comprirent rapidement tout le profit à tirer d'une commercialisation des cartes de vœux et construisirent de véritables empires en produisant une variété de modèles toujours plus originaux pour une gamme de prix accessible à tous les budgets. La carte de souhaits se mettait désormais au service de tous, riches ou pauvres.

Avec l'avènement d'Internet et les services de cartes en ligne, la transmission de souhaits prend maintenant un nouveau virage. Devant des préoccupations environnementales croissantes, on évite de plus en plus les gaspillages papier et la formule "carte virtuelle" gagne en popularité. On offre moins de cartes physiques, mais en revanche l'on transmet toujours autant de messages ; le support seul a changé.

Certes, la carte de souhaits traditionnelle risque de disparaître bientôt. À l'instar des longues épîtres d'autrefois, composés avec tant d'éloquence et remplacés depuis par les mails, les textos ou le "tchat" en direct, les cartes papier cèdent doucement leur place à la fantaisie des cartes virtuelles qui présentent l'avantage d'arriver instantanément dans la boîte mail des destinataires. Chaque année, l'arrivage de cartes de souhaits diminue, elles ne sont plus que quelques-unes à prendre place sur le manteau des cheminées ou sur les branches des sapins. Mais consolons-nous… Le net regorge de sites farfelus qui proposent une foule de cartes originales, avec animation et son, que l'on aura la créativité de personnaliser selon les destinataires envisagés. Entre nous, qui a dit que tradition et technologie ne pouvaient pas faire bon ménage…

Site du jour > Dossiers exclusifs > Tradition des cartes de vœux
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Fêtes | Carte du ciel | Horoscope