Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Canal de Panamá

Les portraits du Fayoum
Histoire du disque
Canal de Panamá
Pause café !
La rose, reine des fleurs
Les ondes sont partout !
Le Land-Art
Les fourmis


Canal de Panamá

Envisagée dès le début du 16e siècle, la construction du canal de Panamá ne débute cependant qu'en 1881 sous la direction de Ferdinand de Lesseps et de sa compagnie française. Mais les scandales financiers et les pertes de vies humaines, suite aux maladies telles que la fièvre jaune et la malaria sur le chantier, font que les travaux avortent et provoquent la faillite de la compagnie de Lesseps.

Les Américains, toujours à l'affût d'une aubaine pour affermir leur pouvoir dans le monde, rachètent alors la concession et le matériel déjà sur place pour 40 millions de dollars. Cependant, ils doivent convaincre les dirigeants colombiens qui s'opposent à l'intrusion américaine sur leur sol. Roosevelt, alors président, ne recule devant rien pour ouvrir à son pays un passage plus avantageux que celui du détroit de Magellan. Il lance sa flotte de vaisseaux de guerre et va encourager les panaméens à conquérir leur indépendance face à la Colombie. Le 3 novembre 1903, le Panamá devient un État indépendant et les État-Unis le reconnaissent légitimement.

Pour remercier les États-Unis d'Amérique, le nouvel état accepte de parapher le traité Hay-Brunau-Varilla, lequel donne aux États-Unis la souveraineté absolue sur la zone du canal, une zone qui couvrira 16 km de largeur par 80 km de longueur. Roosevelt, au nom de son pays, remet toutefois au Panamá 10 millions de dollars pour l'acquisition de ce projet, encore à réaliser.

On amorce donc les travaux dès le début de 1904. Évidemment, un œuvre de cette envergure et de cette complexité demande le concours de plusieurs milliers d'individus, venus de plus de 90 pays à travers le monde, pour mettre l'épaule à la roue. Des centaines d'entre eux auront sacrifié leur vie à ce projet, mourant de maladies imputables aux moustiques, disparaissant dans les glissements de terrain ou décimés par les accidents de parcours.

Dix ans de travaux acharnés suivent pour une œuvre colossale ; le canal traverse l'isthme de Panamá et relie l'Atlantique au Pacifique. Des centaines de millions de tonnes de graviers sont excavés, des villages sont rasés, des forêts sont détruites et un lac artificiel gigantesque, l'un des plus grands au monde à ce jour, est crée : le Lac Gatún. Six écluses géantes sont également installées sur le canal. L'ouvrage est enfin inauguré le 15 août 1914, alors que la Première Guerre Mondiale éclate. Le premier bateau à le traverser est le vapeur Ancón, une bête des mers de 10 000 tonneaux. Belisario Porras alors président panaméen, se trouve à bord et le bateau met neuf heures trente à franchir le canal en entier.

Pendant des années, le canal sera la propriété américaine, si bien que les américains y installent des bases militaires et la zone du canal devient un état dans l'état du Panamá. Cependant, le traité Carter-Torrijos, en 1977, rend la propriété du canal aux Panaméens. Cette restitution devra s'étaler sur une période de vingt ans. On remarque toutefois, qu'aujourd'hui encore, les navires américains ont une priorité de passage et que le canal est toujours considéré comme une voie d'eau intérieure par les États-Unis.

Plus de 800.000 navires ont traversé le célèbre canal depuis son ouverture. On évalue à 5% le commerce maritime mondial transitant par sa voie. Devenu aujourd'hui un symbole de fierté et porteur d'avenir, le canal de Panamá a fait de ce petit pays d'Amérique latine une plaque tournante de la politique et de l'économie mondiales. Son chiffre d'affaires annuel tourne autour du milliard de dollars mais de nouveaux projets d'agrandissement le mettent actuellement dans la mire des environnementalistes. Mais que l'on acquiesce ou non à ces futurs développements, le canal de Panamá reste l'une des plus grandes réalisations de l'ingénierie humaine.

Site du jour > Dossiers exclusifs > Canal de Panamá
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Continents | Afrique | Indicatifs telephoniques | Traducteur | Convertisseur