- Sainte-Thrse d'Avila
  • Votre horoscope :
  • Horoscope belier
  • Horoscope taureau
  • Horoscope gemeaux
  • Horoscope cancer
  • Horoscope vierge
  • Horoscope balance
  • Horoscope scorpion
  • Horoscope lion
  • Horoscope capricorne
  • Horoscope verseau
  • Horoscope poissons
  • Horoscope sagittaire
Arts

Le Louvre

1190. Philippe II Auguste (1165-1223) éprouve le sentiment qu'une forteresse pour protéger l'ouest de la ville de Paris des éventuelles invasions anglo-normandes est inévitable.

Les premières structures émergent donc de terre sous son ordre et douze ans plus tard, le château médiéval ainsi que la Grosse Tour sont achevés. Entouré de murailles et de douves profondes, parsemé de tours aux angles et au centre, ce donjon constitue rapidement un refuge sécuritaire pour la famille royale.

Il devient par conséquent le siège de la royauté. Dans l'enceinte, on aménage des hôtels confortables et pratiques pour la monarchie et l'on construit des prisons pour disposer de l'ennemi.

Les débuts

Saint Louis (1214-1270), ayant succédé à son père Louis VIII (1187-1226), qui lui-même avait succédé à Philippe Auguste, décide d'agrandir le château pour lequel il commande une grande salle ainsi qu'une salle basse. Deux règnes plus tard, sous Philippe IV le Bel (1268-1314), le Louvre devient dépositaire de l'arsenal, des archives et du trésor royal.

Enfin, c'est à Charles V (1338-1380) que l'on doit la bibliothèque, forte de 973 bouquins. Entre temps le prévôt des marchands de Paris, Étienne Marcel (1302?-1358), a fait construire une nouvelle enceinte de murailles, à l'extérieur des premières, si bien que le Louvre se retrouve désormais à l'intérieur des murs.

L'idée d'un musée

Le palais est ensuite reconstruit sous le règne du flamboyant François 1er (1494-1547). Puis, encore réaménagé sous Henri II (1519-1559), le Louvre gagne, entre autres, le pavillon royal dans lequel se trouve la chambre du roi, et devient du coup la résidence royale officielle.

Catherine de Médicis (1519-1589), alors reine, demande qu'on lui construise un refuge personnel aux Tuileries, lequel sera rattaché par la suite au palais par la Petite Galerie et la Galerie du bord de l'eau sous le règne de celui que ses courtisans nomment alors le Vert Galant, Henri IV (1553-1610. Ces projets de réfection du Louvre deviendront célèbres sous le nom de Grand Dessein.

Le Grand Dessein connaîtra par la suite des interruptions ainsi que des reprises, avec modifications aux plans initiaux, sous les règnes de Louis XIII (1601-1643) et de Louis XIV (1638-1715).

Ce qui n'empêchera toutefois pas le Roi-Soleil de déménager ses appartements vers le grandiose palais de Versailles.

À partir de 1692, comme le Louvre n'abrite plus les membres de la noblesse, on y installe des académies ; des artistes y logent aussi, revendiquant des droits qu'ils n'ont pas, provoquant la dégradation du palais.

Plusieurs intellectuels de l'époque se porteront à la défense du célèbre Louvre : Voltaire (1694-1778) grâce à un quatrain qui fait réfléchir, et le critique Lafont de Saint-Yenne avec un ouvrage intitulé L'ombre du grand Colbert, dialogue entre le Louvre et Paris, appel incitatif à envisager le Louvre comme possible sanctuaire de l'art pictural.

L'idée d'un musée à partir de la collection royale flotte déjà dans l'air.

Le Louvre

L'ouverture officielle du musée au public

Dès 1779, la surintendance des bâtiments du roi se penche sur le projet, détaillant à nouveau les transformations nécessaires à une telle réalisation. Le projet, avorté par la Révolution française, sera cependant récupéré par les États Généraux.

En 1790, l'Assemblée nationale statue sur la nécessité de protéger les monuments et les œuvres d'art nationaux. De plus, l'idéologie révolutionnaire voit dans l'instauration d'un musée la tangente d'une formule pédagogique s'adressant au peuple dans un lieu ouvert à tout public.

Trois ans plus tard, après avoir acheminé de nombreuses œuvres sauvées des pillages au Louvre, on assiste à l'ouverture officielle du musée au public.

Les Tuileries

Sous la Troisième République et suite aux événements qui mènent à l'incendie des Tuileries et de l'aile nord du Louvre (1871), on finit par voter la destruction des Tuileries (1883).

C'est la fin définitive du Grand Dessein, œuvre colossale que l'on avait érigée, année après année, règne après règne, siècle après siècle, les Tuileries étant le cœur même de cette superbe ambition.

Culture générale

Voici les articles les plus populaires
Site du jour Copyright Site du jour © Toute reproduction même partielle est strictement interdite - Conditions d'utilisation Nos Partenaires : Merveilles du monde | Paris | Séjour Paris
okieChoices.showCookieConsentBar('Les cookies nous permettent d\'offrir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des cookies.', 'Fermer ce message', 'En savoir plus', '../legal.html#cookies'); });