Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Les moulins, merveilles d'ingénierie

Au Temps des Moulins à Vent
Le moulin à vent et le meunier
Les moulins à eau en France
La Pierre à pain
Meuniers et moulins
Moulins et meuniers
Histoire des Moulins à papier
La belle histoire des moulins

Les moulins à eau (PDF)
Les moulins à eau
Les roues des moulins à eau
Faire un moulin à eau
Les moulins à vent en France
Moulins à vent

Fabrication du papier
Dictionnaire & encyclopédie
Denis Diderot
La Renaissance
Walt Disney
La généalogie
Champollion
Le Land-Art


Les moulins, merveilles d'ingénierie

Il est curieux de constater de quelle manière le moulin s'est inscrit dans l'imaginaire collectif au fil des siècles. De simple machine destinée à servir la production de différentes matières et aliments, il est devenu personnage de conte, figure presque humaine du village médiéval, ou encore spectre menaçant de certaines bourgades abandonnées. Parmi les nombreuses inventions techniques de l'homme, le moulin occupe une place à part dans le cœur et l'esprit des gens. Si Don Quichotte prêtait au moulin le visage d'un ennemi à abattre, Alphonse Daudet y puisait l'inspiration de ses plus belles lettres. Le moulin, cette silhouette familière qui se dresse dans le paysage européen, reste un symbole fort de l'ingéniosité humaine. Et chaque région qui en possède encore un le bichonne et le protège comme un trésor du patrimoine à la fois culturel et industriel.

Avant le Moyen-Âge, l'homme et la bête besognent comme des forcenés pour subvenir aux tâches les plus essentielles de la vie quotidienne. Or l'un de ces labeurs épuisants est la mouture du grain. Le pain, nourriture première, nourriture sacrée même dans la plupart des civilisations, est fabriqué à partir de la récolte de céréales. Dès l'Antiquité, ce sont les femmes et les esclaves qui, le plus souvent, sont chargés de réduire en poudre ces produits céréaliers. Mais la population ne cessant d'augmenter, la demande devient de plus en plus importante, si bien que l'humain ne suffit plus à la tâche. On invente alors des meules plus grosses, actionnées par des bêtes de somme (ânes, bœufs, chevaux…) afin de moudre des quantités toujours plus volumineuses de grains. Puis les ingénieurs médiévaux réfléchissent à la force hydraulique. Naissent alors des meules mues par le courant hydraulique. Histoire des moulins On note déjà l'existence de ces meules énormes dès le 2e siècle dans les Balkans et en Asie. Mais alors, il s'agit de roues disposées sur un axe horizontal qui nécessitent un fort courant d'eau afin de les actionner de manière efficace. On ne les retrouve par conséquent que dans des régions vallonnées caractérisées par des courants d'eau puissants. On croit que c'est vers le 10e siècle en Europe que le moulin à eau vertical connaît son apogée. Les constructeurs de moulins font sans doute dès cette époque le constat que la roue, fixée sur un axe vertical, donne un meilleur rendement. On parle d'une puissance de 1 à 10 chevaux-vapeur (entre 750 et 7500 watts) pour une roue à eau verticale plutôt qu'une force de un demi-cheval-vapeur (environ 400 watts) pour une roue à axe horizontal. Le moulin à eau devient peu à peu une énergie à exploiter, ce que comprennent rapidement les seigneurs féodaux ainsi que les prieurs de monastères.

Dès lors, les seigneurs émettent une loi qui oblige les serfs à ne moudre leurs grains que dans leurs moulins. Un impôt est d'ailleurs levé pour cette utilisation que l'on appelle "banalité". Construisant de nombreux moulins à travers l'Europe, les seigneurs s'enrichissent en monopolisant l'usage du moulin à eau. Vers la fin du 11e siècle, sur les seules terres de Guillaume le Conquérant (1027-1087), on recense déjà 5 624 moulins, tout type confondu (horizontaux et verticaux). Les moines de Cîteaux, ordre fondé au 12e siècle, font également la promotion des moulins hydrauliques et contribuent largement à la diffusion de cette technique partout sur le territoire européen.

Gagnés par une pratique qui permet d'augmenter considérablement la production, les tisserands s'intéressent à la chose. Connaissant déjà les moulins à carder et à fouler depuis le 10e siècle, ces derniers cherchent à modifier le mouvement de rotation en mouvement de translation. Ils y parviennent en inventant l'arbre à cames et la manivelle. Grâce à la came, on passe du mouvement rotatif à un mouvement linéaire. Dans la foulée, on invente le vilebrequin (système bielle-manivelle), ce qui pave la voie à de nombreux systèmes de locomotion ainsi qu'aux différents procédés de montage qui verront le jour tout au long de l'ère industrielle. La mécanisation est désormais possible et plusieurs domaines de production se mettent au moulin : ébénistes, forgerons, meuniers, polisseurs, tisserands, etc. Les types de moulins se multiplient : moulin à fer, moulin à foulon, moulin à papier, moulin à tan, etc. Au Portugal, on voit même apparaître des moulins à marée. Or malgré cette innovation qui change la donne en matière de travail, il reste un détail ennuyeux pour beaucoup de producteurs : la proximité d'un cours d'eau.

Inspirés par les éoliennes d'Afghanistan et de Perse, des ingénieurs construisent donc des moulins à vent. En France, c'est à Arles que l'on fait mention de son utilisation une première fois en 1170. Encore une fois, ce sont les cisterciens qui, voyant une solution au problème de l'approvisionnement en eau, font la promotion de ce nouveau mode de production en le diffusant un peu partout en Europe. Le vent, plus facile à exploiter que l'eau par son omniprésence, est déjà l'allié ancestral de l'homme dans la propulsion des bâtiments navals. L'idée d'utiliser sa force naturelle dans différents processus de production fait rapidement son chemin. Mais encore faut-il contrôler cette force pour l'appliquer à des bâtiments qui eux ne bougeront pas sur l'eau. Les premiers moulins à vent sont des moulins fixes, dotés de pales installées sur un pignon orienté dans la direction principale d'où souffle le vent. Mais les ingénieurs songent rapidement à la solution d'une tête pivotante pour coiffer le moulin, ce qui permet de changer la direction des pales en fonction des caprices du vent. C'est toutefois au moulin hollandais que revient la plus ingénieuse méthode de captation du vent grâce à sa coupole de toit, fixée aux ailes et tributaire du mouvement de celles-ci.

Bientôt, les moulins à vent se répandent en Angleterre, en Flandres et en Normandie pour se développer ensuite vers l'Est. Aux 16e et 17e siècles, les moulins hollandais se développent massivement dans toute l'Europe. Le moulin, à vent ou à eau, sert alors les activités de production de plus d'une quarantaine de secteurs et certains historiens avancent même que cette mécanisation précoce représente en fait les balbutiements d'une révolution industrielle. Pour appuyer cette affirmation, ils soulignent que ce sont les moulins qui mènent à la création de manufactures dans lesquelles on centralise les activités de production, permettant ainsi d'en réduire les coûts. Mais la vraie révolution industrielle couve. Le 19e siècle et ses nombreuses innovations technologiques, notamment l'électricité et la minoterie industrielle, sonnent bientôt le glas du moulin traditionnel. Les durs métiers pratiqués au moulin n'ont plus la cote devant la mécanisation de plus en plus sophistiquée de l'ère moderne. Vers la fin du 20e siècle, le moulin n'est plus !

Témoins d'une histoire révolue, on conserve aujourd'hui les moulins pour leur beauté, pour le côté pittoresque qu'ils apportent à une région. Les moulins hollandais, par exemple, font encore la fierté des Néerlandais, symboles impérissables d'une victoire illusoire de l'homme à dompter la force de l'eau et du vent. Ceux de Kinderdijk figurent d'ailleurs sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Site du jour > Dossiers exclusifs > Les moulins, merveilles d'ingénierie
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Catalogue vêtements | Mode | Vêtements