Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Noël, toujours le 25 décembre ?

La Nativité et le temps de Noël
Fêtes de Noël et Nouvel An
Ethnologie de Noël
Noël : Histoire et traditions
Le plus beau livre de Noël

Noël et la naissance du Christ
Fête de Noël
Origine de Noël
Noël : histoire et traditions

Fabrication du papier
Dictionnaire & encyclopédie
Denis Diderot
La Renaissance
Walt Disney
La généalogie
Champollion
Le Land-Art


Noël, toujours le 25 décembre ?

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, Noël, tel qu'on le fête aujourd'hui dans le monde chrétien occidental le 25 décembre, n'a pas toujours été le jour de la naissance du Fils de Dieu. Au contraire, il a fallu plus de trois siècles avant que les autorités ecclésiastiques statuent sur cette date précise pour y ancrer la naissance de Jésus.

Il faut d'abord comprendre que le monde, avant de se rallier à quelque confession monothéiste, était païen. C'est-à-dire que l'évolution humaine se construisait autour de croyances diverses, lesquelles vénéraient plusieurs dieux. Dieux d'amour, de fertilité, de colère, de guerre, de tonnerre, de la mer, du vent, de la richesse, du feu, etc., régis bien souvent par le dieu d'entre les dieux, le Soleil. Or le 25 décembre, dans la plupart des mythes païens, était la date où l'on célébrait le solstice d'hiver. Noël Déjà à Rome, l'on rendait hommage à Saturne par le biais des fameuses Saturnales, sorte de festival qui s'étendait du 17 au 24 décembre et qui donnait lieu à des rassemblements orgiaques, autorisés et encouragés par l'état. On y portait des guirlandes et l'on échangeait alors de menus cadeaux pour souligner un temps de trêve et de paix. Or la naissance de Jésus, qu'aucun historien, anthropologue, archéologue ou spécialiste des questions théologiques ne peut véritablement arrêter à une date précise, ne serait pas né le 25 décembre, mais plutôt au début de janvier. Autre fait étonnant : selon Saint-Matthieu, Jésus serait né entre 4 à 6 ans avant sa naissance officielle. On peut croire que le problème de datation présentait déjà un côté épineux difficile à gérer pour ceux qui cherchaient à cimenter autour de cette naissance les adeptes du culte chrétien.

On sait que les premiers chrétiens fêtaient la naissance du Messie le 6 janvier et l'on croit qu'ils ne l'ont fait qu'à partir de 336, c'est-à-dire 11 ans après que le Concile de Nicée eut enfin reconnu la divinité de Jésus. Rien à voir a priori avec les célébrations païennes du 25 décembre. On sait également que les célébrations du solstice d'hiver avaient déjà pris un nouveau visage avec l'avènement du règne d'Aurélien (v.207-275) en devenant officiellement les fêtes du Sol Invictus, c'est-à-dire les fêtes du Soleil Invaincu. Ce moment de l'année marquait le début d'une nouvelle année remplie de promesses agraires et de richesses pour chacun, et se caractérisait par le rallongement des jours. On y rendait hommage à Apollon ou à la déesse iranienne Mithra selon ses croyances. Mais l'élément intéressant de cet événement, associé au culte du dieu Apollon, réside dans la célébration annuelle de la renaissance du jeune dieu solaire, laquelle se manifestait chaque fois par son apparition sous la forme d'un nouveau-né. Le thème de la naissance était par conséquent fondateur de toute célébration à ce moment de l'année.

En 353, devant la nécessité d'enrayer l'hérésie païenne et de récupérer subtilement le plus de croyants possible, le pape Libère (?-366) décréta que la Nativité de Jésus serait désormais célébrée le jour du 25 décembre. Cette récupération symbolique visant à christianiser une fête païenne de grande envergure s'étendit progressivement à tout l'Occident latin. Exit le paganisme, l'Église parvenait enfin à créer l'assimilation entre les vieux cultes et le Dieu unique. De plus, Jésus se suppléait à Apollon, dieu de la lumière, devenant ainsi le symbole vivant du jour qui triomphe de la nuit. En ce sens, ce choix délibéré de l'Église pour arrêter la naissance du fils de Dieu fut une décision des plus éclairées. Par la suite, la légende a peaufiné les faits, l'histoire s'est modifiée au fil des siècles, la naissance de Jésus est devenue le seul mythe vraisemblable, annihilant la présence de toute forme divine autre que la sienne.

Par exemple, on note que les rois mages n'apparurent qu'au 4e siècle de notre ère. Il fallait que l'enfant divin jouisse de la reconnaissance d'étrangers venus de contrées lointaines. Cette ouverture sur le monde allait également être garante d'un message s'adressant à tous les peuples : un seul Dieu pour toutes les nations ! Grâce à cette exportation du mythe de la naissance de Jésus et de cette date rassembleuse que devint peu à peu le 25 décembre, chaque peuple, chaque région adapta Noël à ses couleurs locales.

D'abord célébration de la famille un peu partout à travers le monde chrétien, Noël oscille entre tradition religieuse et spécialités régionales. Chaque famille fête Noël à sa manière avec ses propres codes familiaux. Destiné à consolider les liens de cette famille, et de la communauté tout entière, Noël permet encore aujourd'hui la trêve, le pardon, l'entraide, l'aumône. Et c'est bien au-delà du message religieux que la symbolique de Noël trouve la force de son pouvoir rassembleur.

Il faut dire que cette fête n'a peut-être jamais véritablement perdu sa nature païenne. Les échanges de cadeaux, par exemple, lesquels ne sont pas du goût de l'Église à cause de leur nature païenne, se pratiquaient du temps de l'Antiquité et se pratiquent encore aujourd'hui, même s'ils sont surtout démesurés depuis l'invention du Père-Noël (1931). Mais puisque chez les Celtes le bon géant Gargan distribuait des présents qu'il portait dans un ample hotte sur son dos et que chez les vikings le grand Odin visitait les chaumières pour offrir des friandises aux enfants sages, on peut penser que le Père-Noël, et Saint-Nicolas avant lui, sont le juste retour d'une tradition ancestrale qui voulait que le jour de Noël, chacun soit récompensé par une figure paternelle bienveillante.

Aujourd'hui, parmi toutes les traditions qui se voient détrônées par les nouveaux cultes modernes, Noël reste un symbole fort, un rituel intense et recherché même par les jeunes générations. À l'exception peut-être de certaines églises orthodoxes et arméniennes qui célèbrent encore la naissance du Christ le 6 janvier, ou encore de certaines églises protestantes qui réfutent Noël à cause de ses origines païennes, c'est tout le monde chrétien qui participera à cette fête immense et généreuse le 25 décembre prochain.

Aussi, JOYEUX NOËL À TOUS et heureuses fêtes de fin d'année !

Site du jour > Dossiers exclusifs > Noël, toujours le 25 décembre ?
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Fêtes | Jour | Horoscope