Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Camille Claudel

Les portraits du Fayoum
Histoire du disque
Canal de Panamá
Pause café !
La rose, reine des fleurs
Les ondes sont partout !
Le Land-Art
Les fourmis


Camille Claudel

Privée de l'amour d'une mère qui la rejette dès sa naissance, le 8 décembre 1864, Camille Claudel trouve refuge dans la tendresse et l'affection d'un père attentif. Cet homme, Louis-Prosper Claudel ouvrira toutes les portes du savoir à ses trois enfants et poussera Camille à exploiter son incommensurable talent pour la sculpture. Très jeune, Camille pressentait qu'elle ferait naître la vie et l'amour de l'argile, de la pierre. Dès l'âge de onze ans, suite à ses escapades à la pierre colossale du Géyn, là où elle pétrissait la glaise et lui donnait des formes inimaginables, elle savait qu'elle serait sculpteur.

Son père encouragea toujours l'expression de cette force créatrice et ce talent plus qu'impressionnant. En 1879, Louis-Prosper inscrit sa fille à l'atelier d'Alfred Boucher. Le jeune homme, déjà, lui reconnaît les talents d'un grand artiste. Camille a alors quinze ans. Quatre ans plus tard, la belle, la passionnée, l'entière Camille Claudel fait la connaissance du mature, du maître Rodin, qui l'invite à devenir son élève… Échec ou gloire ?

Elle devient rapidement le modèle et la maîtresse du maître… Histoire classique, hélas ! Camille, que l'on accuse, dès ses premières créations, de faire du Rodin, se détruit en devenant l'amante du célèbre artiste. Les critiques n'auront de cesse de railler comme quoi Rodin lui a tout appris, même l'amour !

Son génie ne trouve que bien peu de reconnaissance auprès des critiques d'art. Nombreux sont les observateurs et les experts qui ne donnent que peu d'importance à son œuvre, toujours en accusant Camille de plagier son maître. Mais Camille faisait du Rodin bien avant de rencontrer Rodin… Sentant le besoin de s'affranchir malgré un sentiment indestructible, après dix années d'amours tumultueuses et devant le refus systématique du maître de quitter son épouse à son avantage, Mademoiselle Claudel quitte Auguste en 1893. C'est en quelque sorte son arrêt de mort car elle ne cessera jamais d'aimer Rodin !

Sa liaison passionnée et orageuse avec le grand Rodin aura discrédité son génie et fait d'elle une sorte d'hystérique incontrôlable. Quoiqu'elle ait continué à créer des œuvres magnifiques comme La Valse (1893), un plâtre extraordinaire de mouvement et d'érotisme ou encore Clotho (1893), on ne verra en elle que la maîtresse de Rodin ou la sœur de Paul, son jeune frère, devenu écrivain et diplomate reconnu.

Le plus grand malheur de Camille Claudel aura été de naître et d'essayer de s'affirmer à l'époque post Charcot, époque où toute femme exprimant sa colère ou ses états d'âme était étiquetée d'emblée, d'individu aliéné, prêt pour l'internat. Camille, que l'on imagine facilement emportée, n'échappe pas à la volonté de son entourage de la cacher, de l'enfermer. Elle passera les trente dernières années de sa vie dans un asile alors qu'elle n'est pas folle. Une femme avec ses ambitions, animée de ce genre de passion, ne peut qu'être nuisible à la réputation de son entourage. Paul Claudel, alors en pleine ascension, n'approuvera jamais le concubinage libertin de sa sœur avec un homme marié et père de famille. Il ne tentera rien pour la faire sortir de sa prison.

Parce que Rodin l'a abandonné, parce que l'on n'a jamais reconnu son travail, parce que l'on a pensé qu'elle n'était qu'une élève aux mœurs légères, l'étroitesse d'esprit des critiques du dix-neuvième siècle sont responsables de l'ellipse d'une des plus grandes artistes de tous les temps, autant par la force de ses évocations sculpturales que par son imagination avant-gardiste ou son talent si exceptionnel dans l'exécution.

Aujourd'hui enfin, les critiques d'art s'entendent pour valider le fait que Rodin se soit largement inspiré des idées de Camille, alors que son propre imaginaire allait déclinant… Il aura quand même fallu l'admirable film de Bruno Nuytten, Camille Claudel, en 1988, magistralement interprété par Isabelle Adjani, touchante de passion et d'abandon, pour nous faire découvrir la force extraordinaire, le génie incomparable de l'œuvre de cette artiste inestimable, dédaignée trop injustement...

Site du jour > Dossiers exclusifs > Camille Claudel
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Art | Histoire de l'art | Coloriage Gratuit | Couleur